Montrer son enfant sur les réseaux sociaux

Montrer son enfant sur les réseaux sociaux

Parents, le moindre fait et geste de votre enfant, vous subjugue. On mitraille de photos et de vidéos. Qui dit passion, dit exposition. Qui dit exposition dit maîtrise. Montrer son enfant sur le net ou ne pas le montrer ? Poster des photos sur les réseaux sociaux est devenu habituel. On poste nos vies et on regarde celles que les autres veulent bien nous montrer. La place de l’image des enfants mineurs pose parfois débat. Droit à l’image, argent, intimité, pédophilie, … Sommes nous en plein drama sur le sujet ? Le blog plonge aujourd’hui en plein cœur du débat. Elyssa et Gaëlle toutes les deux mamans actives sur les réseaux ont fait des choix bien différents sur la maîtrise de l’image de leurs enfants sur le net.

Désirer un seul enfant

Désirer un seul enfant

Avoir un enfant unique est un choix de vie parfois sensible, voir étonnant. « Nous ne voulons pas d’autre enfant ». Cette décision en 2019 est encore incomprise et mal vue. Mes mots sont-ils exagérés pour cette introduction ? Je ne crois pas, ils sont à la hauteur de ce que je ressens. Demande t-on aux parents qui ont deux enfants pourquoi ils ont fait ce choix ? Les parents d’enfants uniques sont-ils égoïstes ? Injustes ou abominables ? Il y a environ 15 % d’enfants uniques en France. Séparation, monoparentalité, soucis de fertilité ou choix. Cet article parle de mon choix de n’avoir qu’un seul enfant unique.

L’éducation bienveillante ou pas …

L’éducation bienveillante ou pas …

En ce moment, sur les réseaux, on entend beaucoup parler d’éducation bienveillante, de parentalité positive, de VEO ( violences éducatives ordinaires). Que ce soit sur Instagram, Facebook, Youtube, sur des blogs, dans des livres ou dans des podcasts, c’est un sujet récurrent.
La parole se libère, allaitement, co-dodo, Montessori, vie sans écran, instruction en famille, DME, les thèmes se multiplient et l’info circule.
Et attention, ceci une très bonne chose, nous souhaitons tous le meilleur pour nos enfants. Enfin j’espère !