Un jour j’ai changé d’avis

On a tous des principes, des valeurs. Qui n’a jamais dit « Moi parent, jamais mon enfant aura le droit de …» et puis un jour tu deviens parent et tes principes volent en fumée. Et la question à laquelle je souhaiterais répondre est : A t-on le droit de changer d’avis ?

Certains volte face sont plus difficiles que d’autres et méritent une réflexion longue et complète. C’est ce qu’il m’est arrivé depuis maintenant 3 mois. Le sujet de mon changement d’avis n’a évidement rien à voir entre passer des plombes à choisir entre un mojito ou un verre de blanc. Une robe longue ou une robe courte. Non, mon questionnement à été bien plus complexe.

Victime ?

Les personnes qui changent d’opinion à la légère et sans raison génèrent chez moi une angoisse et un manque de fiabilité. Ce n’est pas évident de suivre quelqu’un qui un jour pense blanc et le lendemain noir. Ce changement d’avis je le vois plus comme une ouverture vers une nouvelle direction mais surtout un lâcher prise.

Je ne voulais pas être « victime » d’un choix précipité ou d’une mauvaise appréciation, quand j’ai constaté que ma position de ne pas montrer le visage de Camille à ma communauté avait changé.

Je souhaitais être sûre tout d’abord que ce changement d’avis n’était pas dû à un état de vulnérabilité ou me sentir entraînée par le désir de faire plaisir aux autres.

Sauf que les offs, ce qu’il se passe derrière Instagram à la maison, je les vis. Et j’ai constaté l’envie et la volonté de Camille d’apparaître. La moindre occasion était bonne pour faire une apparition dans mes stories. Le confinement a amplifié ses questionnements: maman je ne suis pas assez jolie ?

Ma volonté de cacher son visage la questionne, et elle l’exprime de différentes manières. Nous avons donc réfléchi. Changer d’avis c’est un sacré remue-ménage. Est ce que je ne vais pas regretter ? Comment je l’annonce ? Est-elle vraiment prête ? Cela fait donc 3 mois que ce changement d’avis s’opère en moi et le confinement a accéléré ma réflexion.

Un jour j’ai changé d’avis THREEMINDS

Mais que s’est-il passé concrètement ?

Pour qu’un jour j’autorise une chose que je n’envisageais absolument pas il y a un an ? Et bien le temps a passé, ma peur s’est atténuée. Camille aujourd’hui a 4 ans, c’est devenue une petite personne qui a ses opinions (si si), ses envies, ses attentes. Elle tire des conclusions et fait des raisonnements logiques.Et ma présence sur les réseaux est quotidienne et nourrit sa curiosité, normal. De plus elle voit parfois passer des enfants sur les stories des copains, je suis alors assommée de « Pourquoi ».

Un jour j’ai changé d’avis THREEMINDS

Comment ?

Changer d’avis c’est réaliser un cheminement, une autoréflexion. Personne ne devrait faire des changements à la légère ou changer d’opinion uniquement par caprices ou pour faire plaisir à la majorité. Il faut changer avec certitude.

Comment préparer ce changement ? Comment l’annoncer. Et quand ? C’est la deuxième partie du changement d’avis. L’effet kiss cool, on passe de la prise de décision à l’application. Pour moi il était impossible que la veille je ne vous montre pas son visage et le lendemain oui.

Je devais être sûre d’assumer, être à l’aise avec cette décision. Mais surtout je souhaitais que Camille comprenne quelques limites et règles.

J’ai alors expliqué à Camille avec des mots très simples ce qu’il se passait quand je publiais quelque chose sur mon téléphone.

@gaelle_lamoureux

Par exemple: Quand je décide de prendre une photo avec mon téléphone il y a deux choix.
Soit la photo reste dans le téléphone
Soit la photo est « envoyée » sur le téléphone d’autres personnes. Ces personnes peuvent être dans d’autres villes, pays, …
Nous avons fait un parallèle avec une action bien concrète. J’ai demandé à Camille de faire un coloriage. Un fois terminé, j’ai demandé à Camille si elle souhaitait garder ce coloriage dans la maison ou si elle souhaitait « PARTAGER » son coloriage avec d’autres personnes à l’extérieur de la maison. Le choix du mot PARTAGER est un mot qui a une très grande importance à l’âge de Camille.

Nous avons donc défini également des règles et limites sur sa présence sur les réseaux sociaux. Ne vous attendez pas à voir sur chacune de mes stories ou post Camille, elle apparaîtra oui, mais avec modération.

Vous allez donc pouvoir apprécier cette petite personne, avec son identité, ses expressions et apprécier si elle me ressemble ou non (il parait qu’elle me ressemble). J’ai un peu l’impression de lui rendre sa liberté. Je ne pourrais pas développer sur cette sensation, car je ne saurais pas y mettre des mots. Je le vis comme un soulagement.

Un jour j’ai changé d’avis THREEMINDS

Et après ?

J’ai envie de vous dévoiler la complicité que l’on a à faire les choses ensemble. Parce qu’avec nous difficile de s’ennuyer. Cela va indéniablement nous souder encore plus, c’est certain. Je lui ouvre les portes d’une petite partie de mon travail, et rien que ça c’est énorme ! Un espace de jeu pour toutes les deux en vous dévoilant son visage dans le respect de sa personne, de ses humeurs et de son feeling. Rien ne va vraiment changer dans ce que je propose déjà, sauf que demain vous verrez mon partenaire de crime, mon mini binôme, ma fierté de maman.

Ma fierté de maman

Quelle frustration parfois de ne pas vous montrer ses victoires, ses émotions à travers son visage. Vous avez pu déjà apprécier ses talents pour le chant. Vous allez pouvoir demain connaître ses talents d’actrice. Je vous offre le soleil de ma vie. Et je ferais absolument tout pour que ce ciel si doux ne vienne pas tourner à l’orage.

Un jour j’ai changé d’avis THREEMINDS
Les photos avec Camille avant sur mon Instagram

Et les collaborations ?

Je vais répondre à cette question car je le sais, elle me sera posée. Pour le moment il n’y aura aucune collaboration rémunérée nécessitant la présence de Camille. Aujourd’hui les collaborations rémunérées avec enfants doivent être encadrées, je suis en train de me renseigner. C’est une étape supplémentaire dans ma réflexion et je n’ai pas encore statué.

Mes peurs

C’est les mauvaises interprétations bien-sûr ! J’ai bien conscience que certaines personnes ne vont pas comprendre, il existe autant d’avis que de personnes différentes. Je ne cherche pas l’approbation de tout le monde, je souhaite juste être accordée à mes choix à l’instant T. La seule approbation que j’ai souhaité c’est celle de mon conjoint et père de Camille, personne d’autre.
Personne n’échappe aux regards des autres, j’ai estimé qu’écrire cet article était intéressant dans la mesure où je vous parle du cheminement qui s’est opéré en moi. Que ce changement n’arrive pas de nul part, et ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Nous avons le droit de changer d’avis

J’ai mis du temps à le comprendre sur ce sujet. Et ce choix ne m’éloigne pas de mon essence. Je suis certaine d’avoir pris le bon chemin de garder secret le visage de mon bébé jusque là, aujourd’hui j’avance avec de nouvelles perspectives et une nouvelle maturité sur le sujet. Nous avons tous ce droit précieux, celui de changer pour pouvoir grandir.

Il y aura des personnes qui regarderont sceptiquement ce changement ou mon raisonnement à cet instant. En fait, c’est ainsi. Maintenant j’autorise Camille à montrer son visage de temps en temps sur mon Instagram. J’ai ouvert mon esprit à cette possibilité. J’ai réfléchi, pesé le pour et le contre. Je me suis ouverte au changement.

On a le droit de changer d’avis ! Les choses ne sont pas figées. Quand le changement est important il faut (je pense) respecter certaines règles. La règle la plus importante à mes yeux c’est d’assumer ses choix et pour cela il faut être sûr de les faire pour les bonnes raisons. Ce changement s’est opéré sur plusieurs semaines pour moi (3-4 mois).

Il y avait un avant il y aura un après ainsi va la vie. Et toi as-tu un jour changé d’avis sur un choix que tu avais fait ?

Gaëlle

À lire : Mon enfant sur le web

15 commentaires sur “Un jour j’ai changé d’avis

  1. Je trouve cette réflexion et ce changement d’avis mûrement réfléchis. Je trouve qu’au contraire il est celui d’une maman bienveillante qui a bien pesé le pour et le contre, a pris du recul. Peu importe les aprioris et les jugements : vivez pour vous 🙏 Alice

  2. Merci pour ton article, l’explication était nécessaire selon moi. N’ayant pas encore d’enfant, j’ai/j’avais vraiment du mal à comprendre cette sur-exposition. Je comprends ton changement et ton point de vue. Nous partager le soleil de ta vie est fort et beau 😊 merci !

  3. Bonjour gaelle, je suis un peu une abonnée de l’ombre comme on dit mais je souhaitais te laisser un petit mot cette fois ci. Je ne suis absolument pas maman mais j’apprécie bcp toutes les réflexions qu’il peut y avoir autour de ce sujet.
    Je dois dire que ton article est extrêment intéressant. Ça n’a pas du être simple comme cheminement mais le fait d’intégrer Camille dans celui ci ajoute une dimension supplémentaire.

    Merci pour ce partage et ta sincérité.
    Noemie

    1. Bonjour,
      Merci beaucoup 😉
      C’est un article en effet sur mon changement d’avis mais je pense également qu’il peut servir pour d’autres remises en questions. Il est possible de changer d’avis, il faut réfléchir, attendre, …

  4. Comme on dit « Y a que les cons qui ne changent pas d’avis » ! Personnellement, je ne montre pas le visage de mon fils sur Instagram ou sur mon blog.. j’ai toujours les craintes que tu évoquais dans ton article du mois d’octobre 2019 sur le sujet.. De plus, j’ai été victime d’harcèlement scolaire quand j’étais plus jeune (au collège) et je n’imagine même pas ce qu’il aurait pu être si ces personnes avaient eu accès à des photos de moi plus jeune et dans mon intimité.. c’était déjà affreux alors avec une partie de ma vie déjà exposée sur les réseaux sociaux par mes propres parents !!! Cela dit, je trouve ça génial d’assumer le fait de changer d’avis et d’avoir écrit sur le processus.. Merci pour ta sincérité et bonne route à vous les filles ❤️

    1. Bonjour,
      Je comprends ta position car je l’ai eu. Il n’est absolument pas question pour moi de surexposer Camille. D’ailleurs depuis mon annonce je ne crois pas qu’elle soit apparue. Mais si elle souhaite intervenir, venir faire un coucou ou faire une photo avec moi pour insta je l’accepterais. Bien sûr on s’est fixés des règles.

  5. Moi ça ne me choque pas du tout ce changement … Mais je me pause surtout la question de pourquoi tu ne le voulait pas et pourquoi tu as changer d’avis ? Ce qu’il te faisait peur avant ne te le fait plus ? Jte parle en tant que maman j’ai.un autre compte ou j’avais commencer a mettre quelques photos et j’ai tout retirer car quelques message bizar… Et la peur que les photos de mon enfants aille ds les mais de personnes mal intentionnée… Du coup j’ai tout retirer puis recommencer et retiré 😂 comme tu dit hyper indécise… Depuis je ne met casiment plus rien car ne pas le mettre ne représente pas mal vie car je suis ass mat et fait tout avec … Mais jme sent frustré également

    1. Bonjour,
      J’ai écris un article avec Elyssa sur mes peurs de mettre mon enfant sur le web. J’ai aujourd’hui accepté ma présence sur les réseaux sociaux, et j’ai écouté ma fille. On s’est écouté et ce changement s’est construit comme ça. Doucement et simplement.

Laisser un commentaire