ANGOISSE ET STRESS, Comment gérer le confinement ?

Nous vivons tous un moment complètement inattendu et irréel. 

Notre pays et une partie du monde maintenant sont à l’arrêt et nous étions tous très loin d’être préparés à ça.

Les sources de stress sont très importantes en ce moment : 

  • Un confinement à la maison est obligatoire pour beaucoup et pour certains, au contraire, l’obligation est d’aller travailler malgré le danger, 
  • La peur d’être touché par le virus pour nos proches ou nous même est omniprésente et les informations communiquées chaque jour par les médias toujours plus dramatiques. 

L’être humain n’est pas prêt à vivre de longues périodes confiné et privé de relations sociales mais il va falloir s’adapter.

Pour commencer, nous avions envie de faire intervenir Laurine Alessandri, Psychologue et Coach certifiée afin de répondre à nos questions et nous donner quelques conseils pour mieux vivre cette situation. Nous partagerons ensuite les choses que nous avons nous même mises en place afin de mieux vivre le confinement.

1.Tout d’abord, Laurine, peux tu nous donner ton avis sur cette situation et sur les risques psychologiques qu’elle pourrait entrainer ?

Alors, il n’existe pas de personnes plus « fragiles » que d’autres, il y a en revanche des personnalités qui ont plus de mal à s’adapter que d’autres. Tout est question de souplesse et de capacité de résilience,  c’est à dire de prise de distance et de lâcher prise par rapport à la situation. On pourrait penser que ce sont les personnalités de type A (besoin de contrôle, perfectionnisme, hyperactivité) qui seraient les plus touchées. En fait, de manière surprenante, on s’aperçoit qu’elles vivent assez bien ce moment de vie. Tout semble se jouer aussi au niveau de la compréhension, que ce qui nous arrive va au-delà de notre petite vie et de notre monde, et que l’on se confine pour une cause qui nous dépasse : notre survie.
Les risques de décompensation peuvent toucher tout le monde à tout âge et les effets psychologiques sont nombreux mais on peut les identifier, les prévenir et faire en sorte qu’ils ne nous envahissent pas

2. Quels conseils essentiels donnerais-tu aux personnes confinées pour éviter une angoisse permanente ? 

Les personnes en télétravail, avec ou sans enfants : gardez une routine des plus normales, calquez un maximum votre journée sur une journée de travail habituelle sans changer vos habitudes.  Pour les autres, effectuez un planning en lien avec la scolarité de vos enfants. Ou un planning tout court.

Les personnes seules à gérer un ou plusieurs enfants et l’école à la maison: prenez du recul avec votre « Soit parfait ». En effet, il est très difficile de tout réussir parfaitement, faîtes de votre mieux . Si votre enfant n’a pas terminé son exercice ou ne l’a pas compris, ce n’est pas grave, programmez d’y revenir plus tard, tranquillement dessus avec lui et faites  baisser la tension. Gardez un planning bien ficelé sans que celui-ci ne soit militaire. Un imprévu est vite arrivé dans la vie, même en confinement, un pipi au lit qui a engendré une nuit difficile peut provoquer fatigue et irritabilité le lendemain, ne forcez pas votre enfant. 

Les personnes qui contractent le Coronavirus : appelez vos proches régulièrement au moins 2 fois par jour et ne minimisez pas les symptômes, tout en essayant de ne pas vous laisser envahir par l’angoisse plus que par le symptôme en lui-même, là aussi, les psychologues ont des méthodes pour vous aider à gérer angoisse et fatigue en lien avec ce virus

3. Une grosse partie de ton métier consiste à accompagner psychologiquement le personnel soignant de l’hôpital d’Ajaccio. Quels conseils donnes-tu aux personnes qui sont exposées  au virus mais aussi à la maladie et à la mort au quotidien ? 

Je conseillerais à toutes les personnes, qu’ils soient soignants, caissiers ou pompiers, en fait en première ligne, bien évidemment de suivre à la lettre les protocoles et de rester vigilants. Parfois la fatigue étant là, on perd en concentration et en efficacité et c’est là que les accidents arrivent.

Il faut :

  • se reposer, donc du SOMMEIL dès que cela est possible, ne pas tirer sur la corde et enchainer les 12h en risquant un burn out prématuré (ce n’est pas le moment de se griller car cela risque d’être long)
  • faire des exercices qui vous donne de l’énergie le matin (5 min de YOGA énergétique suffisent) et 5 min de streching ou de slow yoga le soir pour un sommeil réparateur
  • abuser de méditation d’autohypnose, 5 à 10 min avant de se coucher afin de « vider » votre cerveau qui a engrangé pas mal de charge émotionnelle en plus de la charge mentale due à la quantité de travail
  • d’essayer, autant que faire se peut, de déconnecter du « virus » une fois rentré chez soi : déconnecter des médias, déconnecter ses pensées, en profiter pour faire une activité qui vous plaise ou appeler vos proches
  • si vous avez des symptômes de stress : pointe au coeur, réveils nocturnes, tachycardie, peurs déraisonnées, pleurs, émotions de découragement et de tristesse surtout PARLEZ-EN à un professionnel, pas forcément à vos collègues ou votre famille car ils risquent de manquer d’objectivité. Des plateformes téléphoniques disponibles 24h/24 et 7j/7 composées de psychologues servent à cela, ils sauront vous soutenir en toute neutralité et vous donner des conseils pour passer cette période professionnelle si particulière
  • ces symptômes peuvent aussi être une impression de revoir des images de scènes vécues dans la journées et de ressentir encore l’émotion sans pouvoir s’en échapper. On estime que le stress est post traumatique, si certains symptômes s’observent encore 1 mois après l’évènement. Je pratique l’EMDR et j’obtiens déjà de très bons résultats sur des protocoles d’urgence créés spécifiquement sur cette période de crise sanitaire, d’autres psychologues utilisent d’autres méthodes qui vous aideront à mieux vivre tout ce que vous avez pu subir comme pression dans la journée et comme moments difficiles

4. Le plus angoissant dans tout ça, c’est l’après, comment envisager le post confinement sans savoir ce qui nous attend ? 

Il est évident qu’il y aura un avant et un après coronavirus. Nous serons tous implacablement changés au niveau psychologique, par le confinement, par une prise de conscience, par de nouvelles habitudes qu’on va garder et de plus anciennes que l’on va abandonner. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais profiter de ce confinement pour effectuer un travail profond sur soi (même quand on a des enfants c’est possible) sur ce qu’on veut et ce qu’on ne veut plus, sur nos valeurs et nos besoins profonds afin qu’à l’avenir tout cela soit ALIGNE. C’est le moment de profiter de cette pause pour justement ne pas penser à l’avenir mais se concentrer sur le moment présent. L’anxiété provient du fait que nous envisageons trop le futur. Or il n’existe pas. Il ne sert donc à rien pour apaiser son cerveau de se poser trop de questions maintenant. Comment faire avec mon boulot? et si mon enfant l’attrapait? et si il n’y a avit pas de traitement? etc…je sais que c’est dur mais ne vous infligez pas la double peine : celle de subir cette situation inédite et de vous polluer avec des pensées sur un avenir encore trop incertain. Vivez, dansez avec vos enfants, parlez avec votre mari, appelez vos proches et amis lointains, créez, méditez, faites des formations en lignes, faites des choses que vous n’avez pas l’habitude de faire! 

5. Que voudrais-tu nous dire pour conclure ? 
Envisagez cette période comme un moment privilégié qui nous est accordé. De se retrouver seul et travailler sur soi, de se retrouver en famille, de travailler différemment et de développer de nouvelle formes de compétences et d’adaptabilité, de se « PAUSER ». Cela ne nous arrivera surement plus jamais dans notre vie, alors rendons le présent parfait puisque nous n’avons pas le choix. Le matin, dès que vous vous levez, faîtes le choix de voir le verre à moitié plein. Vous ne pouvez pas sortir…alors sortez de votre zone de confinement que vous avez à l’année : vous-même !

A notre niveau voici les choses que nous mettons en place au quotidien:

Témoignage d’Elyssa ( maman qui bosse de la maison )

J’ai pu moi même constater des hauts et des bas dans mon moral depuis le début du confinement, je ne suis pourtant pas quelqu’un d’angoissée de base mais je réalise que dans ce genre de situation, on peut vite sombrer. Il est important de mettre des choses en place au quotidien pour se sentir mieux face à tout ça. 

  1. Organisez votre planning:  levez-vous chaque jour de semaine, essayez de dissocier les jours de semaine et les week-end pour garder le rythme. Même si vous n’avez pas grand chose à faire, planifiez, essayez de vous préparer chaque matin et de garder votre routine habituelle. Intégrez dans votre planning :
  • du sport, que ce soit à la maison devant la multitude de vidéos disponibles en ce moment ou de temps en temps seul autour de chez vous avec votre attestation ( sans aucun contact, à part avec ceux avec qui vous vivez on le rappelle). Faites de l’activité, votre corps et votre esprit en ont besoin
  • du rangement pour vous vider l’esprit et vous sentir bien dans votre intérieur et satisfait du travail accompli. 
  • des moments de détente, profitez en pour faire des siestes, vous reposer réellement. 
  • mais aussi des activités créatives ou de méditation pour laisser votre cerveau se reposer 
  • Et des moments de réflexion pour ne pas perdre l’habitude de le faire quand même travailler comme par exemple : suivre une formation en ligne, écouter un podcast sur une thématique qui vous permettra d’évoluer dans un domaine.

2. Couper les réseaux et les informations quand c’est nécessaire. Se tenir informé de la situation est important mais trop d’informations peuvent être très vite néfastes et anxiogènes. Pour ma part je regarde le point Covid19 à 19:30 uniquement sur BFM et puis je coupe tout pour ne pas me focaliser dessus toute la soirée. Il est important pour moi de rester au courant de l’actualité car j’aime savoir tout ce qu’il se passe mais ce n’est pas essentiel. Si cela est une source de stress coupez complètement plusieurs jours.

3. Ne vous mettez pas la pression ! Ecole à la maison, activités manuelles pour occuper chaque minute les enfants, télétravail et votre maison qui ressemble à un champ de bataille … STOP il est grand temps de lâcher prise. Aux dernières nouvelles vous n’êtes pas institutrice ( et même si vous l’êtes vous ne l’êtes pas pour vos enfants), alors faites comme vous pouvez, ne vous rendez pas malade parce que tout n’est pas fait, si vous manquez de temps essayez simplement de suivre la trame pédagogique et d’articuler des activités sur les mêmes thématiques. Nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne concernant l’école à la maison, certains ont du temps et d’autre beaucoup moins. Alors faites simplement comme vous pouvez.

4. Concernant le ménage … Vivre confiné, avec les enfants, manger matin, midi et soir à l’intérieur demanderaient un rangement et ménage constant pour maintenir une maison niquel. Est-ce le plus important ? De toute façon vous ne risquez pas d’avoir de la visite alors lâchez du lest la dessus, rangez le soir une fois tout le monde au lit et basta. Pensez à demander aux enfants de participer et de ranger au fur et à mesure c’est le moment de les investir dans la vie de la maison également. Vous n’êtes certainement pas celle qui doit tout prendre sur ses épaules, toute la famille doit mettre la main à la pâte pour les repas, le ménage et s’occuper un peu de son coté quand c’est possible. 

5. Prenez du temps pour vous et isolez-vous de temps en temps, si vous en avez la possibilité isolez-vous dans une pièce une heure dans la journée, passez le relais si vous êtes en couple et faite quelque chose rien que pour vous. La charge mentale des femmes est déjà bien assez lourde en temps normal, il n’est pas question quelle augmente au vue de la situation. 

Témoignage de Coralie ( En couple sans enfant, qui bosse de la maison )

J’avoue ne pas être trop stressée par la situation à part la peur de perdre un proche, que beaucoup de gens ne s’en sortent pas et de ne plus gagner d’argent et même d’en perdre.  Mais sinon pour le moment le fait de rester à la maison ne me dérange pas trop. J’en profite pour faire des choses que je ne prends pas trop le temps de faire, je fais des choses que j’aime pour me sentir bien. Je cuisine beaucoup, je regarde de bons films, je m’écoute et je dors quand j’en ai envie, je fais du sport tous les jours. 

Pour moi, le secret d’un confinement réussi et qui évite le stress est de ne pas trop s’imposer de règles. De se faire des petits plannings mais pas trop chargés, car va durer longtemps et il faut étaler les tâches sur le temps. Prendre enfin le temps de ralentir le rythme, d’écouter son corps, ses envies et son esprit. Le sport est un bon moyen de destresser : un peu de hit pour transpirer, du yoga pour s’étirer et faire du bien à son corps. 

Il y a pleins de cours en ligne sur Instagram : en live, en IGTV, en replay, mais aussi des anciennes vidéos sur You Tube : plus d’excuse donc ! J’évite aussi de regarder trop les médias, et je pense à ceux qui vivent un confinement difficile ou des situations difficiles et je relativise de ma situation, ça m’aide à positiver. 

Profitez en pour faire ce que vous aimez, ce que vous ne faites plus, ce que vous n’avez pas eu le temps de faire depuis longtemps : ça fait du bien au mental et ça évite de tomber dans la psychose.

Evitez les contraintes, les règles strictes, les médias, coupez un peu des réseaux sociaux et faites vous plaisir

Elyssa.

Laisser un commentaire