La contraception

Chaque femme est un jour confrontée à l’interrogation suivante : Quel type de contraception me convient ? En 2020 les femmes s’affranchissent du « schéma » dit classique (je dis bien classique) qui passe par une entrée dans la sexualité avec le préservatif, puis la pilule et ensuite par un stérilet.

La contraception en 2020

Mieux informées mais aussi plus inquiètes, les femmes se questionnent de plus en plus sur les effets de leur contraception sur leur santé et leur confort. La contraception est une aide médicale avec des effets indésirables et des contre-indications. Éviter les hormones, suite aux risques cardio-vasculaires des pilules 3e et 4e générations, ont permis d’évoquer la contraception comme un choix pouvant évoluer.

Chez Threeminds nous ne sommes pas gynécologues mais nous avions envie de témoigner sur notre expérience de la contraception sans tabou.

Threeminds la contraception

Le non choix

Quand est venue l’heure de choisir un moyen de contraception, il n’y avait dans mon esprit qu’un seul choix possible. Zéro conseil de ma gynécologue, elle m’a prescrit la pilule. Je suis sortie de ma consultation avec mon ordonnance renouvelable et quelques infos pour son utilisation. Tchao bonsoir ! Pas plus informations sur d’autres moyens de contraception, ni sur les effets secondaires (nombreux). J’avais 18 ans.

Ma vie hormonale était plutôt simple de 17 à 25 ans. Des règles qui arrivaient à l’heure, pas d’acné, un cycle peu abondant et sans douleur. Et puis j’ai rencontré quelques désagréments. Une très grande fatigue, des soucis de concentration, déprime, mes soucis de peau ont d’ailleurs débuté à ce moment. Ma gynécologue de l’époque m’a confirmé après examens que mon corps n’acceptait plus les hormones de ma contraception.

Deux solutions s’offraient à moi la pose d’un stérilet au cuivre (il fallait 3 mois minimum d’arrêt de pilule) ou partir en tentative bébé ( j’avais 26 ans). Je suis tombée enceinte de Camille par la suite. Après ma grossesse j’ai posé mon stérilet au cuivre.

C’est quoi le DIU ?

Le dispositif intra-utérin (DIU) au cuivre – encore appelé stérilet ( mais n’ayez crainte il ne rend pas du tout stérile) est un moyen de contraception sans hormone. Il est inséré dans l’utérus en passant par le vagin. Ce contraceptif permet de rendre les spermatozoïdes inactifs et peut être efficace pendant 5 à 10 ans selon le modèle choisi. Le DIU au cuivre est un petit « T » en plastique souple de 3 à 4 cm recouvert d’un ou plusieurs fils de cuivre et permet ainsi de bloquer la fécondation en empêchant les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule. L’effet contraceptif est également réalisé grâce au cuivre qui empêche la fixation de l’ovule dans l’utérus.

Ça fait mal ?
L’engin est impressionnant mais la pose est rapide et indolore (je n’ai absolument rien senti). J’en ai discuté avec quelques amies, certaines ont ressenti une gêne lors de sa pose. Mais si tu appréhendes tu peux prendre un décontractant juste avant.

Je l’ai posé il y a 3 ans, j’ai donc du recul sur ses avantages ! Le premier avantage c’est la simplicité de ce moyen de contraception, il dure 5 ans (parfois 10 ans) il est complètement indolore et ne comporte pas le risque « d’oubli », pas besoin d’y penser tous les jours. Ce moyen ne comporte pas d’hormone et ne peut donc pas agir sur l’appétit. C’est pour moi un moyen de contraception plus sain que la pilule pour l’organisme.

La question en Or : l’homme peut-il sentir le stérilet lors d’un rapport ? Le stérilet est posé dans l’utérus, théoriquement non. Les rapports se passant dans le vagin … Même avec une taille à la rocco pas de soucis. Théoriquement. mais (oui il y a toujours un mais) les fils du stérilet peuvent parfois sortir de l’utérus. Il faut donc consulter en cas de gêne pour que votre gynéco coupe les fils.

Mais …

Il y a toujours un mais, rien n’est parfait. Le stérilet au cuivre a tendance à allonger les règles et les rendre plus abondantes au début. Pendant 4 mois j’ai clairement cru que j’allais renoncer à ce moyen de contraception. Mes règles étaient très très abondantes pendant plusieurs jours et mes règles duraient au moins 10 jours ! Une arnaque selon moi ! Je suis allée voir ma gynéco pour lui en parler, elle m’a conseillé d’être patiente. Et avec le temps mon cycle s’est raccourci, mes règles sont toujours très abondantes les deux premiers jours.

Stérilet VS cup : l’effet ventouse de la cup peut éventuellement déplacer le stérilet, ce n’est pas un mythe. Mais l’utilisation de la cup avec un stérilet n’est pas incompatible simplement pincez bien la cup pour la retirer, ne tirez pas dessus.

Mes règles ont été désordonnées, abondantes et douloureuses pendant quelques semaines, mais je suis aujourd’hui capable de reconnaître chaque étape de mon cycle. Je sais quand les anglais débarquent uniquement à mon ressenti.

Aujourd’hui ma contraception est de nouveau remise en question, car on m’a diagnostiqué un SOPK (syndrome des ovaires polykystiques). Je pars dans une nouvelle aventure avec mon corps … Je préfère en rire !

Threeminds la contraception

J’ai commencé à utiliser un moyen de contraception à l’âge de 18 ans. Je prenais la pilule Triafemi, et ça me convenait plutôt bien. Jusqu’au jour où lors d’une échographie on m’a trouvé un kyste fonctionnel à l’ovaire. Rien de bien grave, j’ai du juste changer de pilule pour une moins dosée. C’est à partir de là que j’ai commencer à prendre Optimizette et mon kyste a disparu.

Je ne sais plus pourquoi par la suite j’ai pris une autre pilule : Yaz. Peut être parce que je commençais à avoir de l’acné de l’adulte. Je crois vers 24 ans. J’ai gardé cette pilule plusieurs années jusqu’à ce que je l’arrête il y a presque 3 ans.

Pourquoi j’ai arrêté la pilule

Après plus de 10 ans de contraception sous pilule, j’ai dû arrêter les hormones. J’ai commencé à avoir des tâches brunes sur le visage il y a environ 4 ans. C’était surtout localisé sur le front et les tempes et parfois un peu sur les joues. Je suis allée voir plusieurs dermatologues jusqu’à ce qu’on me dise que j’avais un melasma et que c’était à cause de la prise d’hormones et du soleil. Je suis pourtant une fille qui ne va presque jamais au soleil et qui me protège beaucoup, mais malgré cela je continuais d’en avoir et ça ne partait pas même avec des crèmes depigmentantes.
J’ai donc tout simplement décidé d’arrêter la pilule, voyant les dégâts qu’elle m’avait causés.

Ma nouvelle contraception

Je suis restée sans moyen de contraception autre que les préservatifs pendant quelques mois et puis j’ai décidé de me faire poser un stérilet sans hormone en cuivre. Au delà du fait d’avoir eu des soucis de peau avec la pilule, je voulais arrêter de prendre des hormones car je savais que c’était mauvais pour la santé surtout après tant d’années. Je n’ai jamais eu de problèmes autres tels que la prise de poids, la baisse de libido… J’ai voulu mettre un stérilet pour me débarrasser des hormones et en finir avec mon melasma.

J’ai donc un stérilet en cuivre depuis 2 ans et même si parfois c’est un peu contraignant, je ne regrette en rien mon choix. Je n’ai pas à me soucier de prendre un médicament tous les jours, ni à ingérer des substances chimiques. Je sais que ça n’abîme pas mon corps et que je m’évite des soucis de santé et des effets secondaires.

Bilan

Le stérilet en cuivre est pour moi le bon compromis. Alors même si mes règles sont plus douloureuses et abondantes que sous pilule, je me dis que ça en vaut la peine. Et puis avec les nouvelles protections périodiques que j’utilise, mes règles ne sont plus autant une contrainte qu’avant. Je vous renvoie à l’article sur les règles zéro déchet où j’avais abordé les différentes protections périodiques telles que la cup, la culotte de règles et la serviette lavable : lien ici.

J’ai partagé mon expérience pour peut être aider des filles qui seraient dans le même cas que moi. Concernant mon mélasma, j’ai trouvé un traitement qui l’a fait disparaître, et maintenant je n’ai presque plus rien. Je suis donc pleinement satisfaite de ma nouvelle contraception et de mon parcours pour y arriver.

Threeminds la contraception

J’ai commencé à prendre la pilule assez jeune à 17 ans car j’étais sous traitement Roacutane à l’époque (traitement contre l’acné) où la prise de la pilule est obligatoire. Je l’ai de suite bien tolérée et j’ai donc continué à prendre différentes pilules toujours adaptées pour les peaux à problèmes durant les 9 années suivantes. J’ai arrêté la pilule lorsque j’ai souhaité avoir ma fille et ça s’est plutôt bien passé à ce moment là, pas de retour de problèmes de peaux, ni de soucis de règles trop abondantes sans la pilule.

Et puis…

Je suis tombée enceinte, j’ai eu ma fille et on m’a prescrit à nouveau automatiquement la pilule. Que j’ai repris sans trop réfléchir à ce moment là. J’avais 27 ans et j’ai l’impression que mon corps l’a moins bien tolérée. J’ai commencé à avoir des effets secondaires que je sentais liés à la pilule. Irritabilité, sautes d’humeur, émotivité, saignements irréguliers (il m’arrivait d’avoir des saignements en plein cycle) et baisse de libido. J’ai commencé à faire un vrai rejet de la pilule et à sentir que mon corps ne la supportait vraiment plus.

J’ai donc décidé de prendre rdv avec ma gynéco afin d’envisager la pose d’un stérilet en cuivre. Étant assez stressée par le fait que ma pilule avait clairement réduit mon acné étant plus jeune j’avais vraiment peur d’un retour de cet acné si je l’arrêtais définitivement. Ma gynéco m’a donc conseillé de l’arrêter et d’attendre 3 mois avant la pose du stérilet. Ces 3 mois ont été une vraie révélation, sans les effets de la pilule je me sentais à nouveau moi. Je n’avais plus aucun souci au niveau émotionnel, j’ai retrouvé une libido normale et une sensation de bien être.

Surprise !

J’ai même décidé de faire un second enfant alors que ça n’était pas du tout dans mes plans comme si les hormones avaient repris possession de mon corps. Je suis actuellement enceinte et n’envisage pas de reprendre la pilule après ma grossesse. Je pense que la pilule n’est pas une solution à long terme et qu’elle n’est pas bonne pour notre corps.

J’ai pris la pilule à l’âge d’environ 16 ans. J’avais deux trois boutons, autant dire presque rien, et je cherchais un moyen de contraception, sans explication ou chercher à comprendre si c’était bien pour moi. Mon médecin m’a prescrit la pilule Diane 35. J’ai rencontré Clément, celui qui deviendra 10 plus tard mon mari, à 17 ans et du coup il n’y avait rien de plus simple comme moyen de contraception que de prendre déjà la pilule. Le métier de Clément faisant qu’il est très souvent en déplacement, j’adorais le fait de prendre la pilule car je pouvais « contrôler » l’arrivée de mes règles et donc par conséquent ne pas les avoir quand il était à la maison.

Le temps de se poser les bonnes questions

Mon gynécologue m’avait même donné le feu vert pour cela, et je pouvais enchaîner plusieurs plaquettes d’affilé afin que mes règles, que je n’aimais pas du tout à l’époque, ne viennent pas m’embêter. Les années passent et cheminant vers une vie plus naturelle, mes formations en naturopathie et en yoga y ont contribué grandement, je m’interroge de plus en plus sur la pilule et les impacts qu’elle peuvent avoir sur mon corps et mes émotions.

La décision

C’est surtout la sensation de ne pas connaître mon cycle naturellement sans hormone qui me gênait de plus en plus. C’est donc en octobre 2018 que je décide d’arrêter la pilule, mon gynécologue me propose alors de me mettre un stérilet en cuivre à la place. Mais me mariant seulement 10 mois plus tard, moment où on commencera les essais bébés, on juge inutile de me poser un stérilet seulement pour 10 mois. C’était donc parti pour 10 mois de préservatif ! (youhou la grande joie, bon j’avoue on n’a pas tenu longtemps avec les préservatifs. On a rapidement préféré « faire attention » et si un bébé surprise devait arriver avant le mariage, on aurait été très heureux ).

Les conséquences

L’arrêt de ma pilule, en plus réputée comme étant avant tout un médicament contre l’acné, a été catastrophique pour ma peau. C’est venu progressivement mais j’ai souffert pendant plusieurs mois d’acné très sévère, comme je n’avais jamais connu. Au début j’étais très mal et je suis allée voir de nombreux spécialistes, dermatologue, endocrinologue. Mais rien ne répondait à ma demande et on me conseillait de reprendre la pilule ou de faire le traitement Roacutane pour faire passer cet acné. C’était terrible mais je me suis accrochée. À force de recherches, d’analyses montrant que je n’avais pas de réel déséquilibre hormonal, et surtout mon intime conviction que mon corps avait juste besoin de temps pour que cela revienne à la normal, j’ai persévéré.

Bilan

Aujourd’hui, presque 1 an et demi après avoir arrêté ma pilule, je me sens véritablement bien. Alors certes, ma peau n’est pas encore parfaite mais je lui laisse le temps de guérir totalement. Je découvre seulement à 28 ans mon corps de femme qui fonctionne naturellement. Comprendre comment fonctionne mon cycle, comprendre qu’avoir mes règles est avant tout une chance pour mon corps. Il est et en train de se purifier. Et tout préparer pour l’arrivée potentielle d’un petit bébé, retrouver une libido normale (alléluia), avoir beaucoup moins de sauts d’humeurs. Bref pour rien au monde je ne reprendrai la pilule ou la conseillerai un jour à ma fille !

Threeminds

Finalement

La contraception est propre à chacune et à chaque corps. C’est un choix très personnel qui ne doit être pris que par la personne concernée.
La contraception reste majoritairement une affaire de femme puisque même en couple, c’est la femme qui porte cette responsabilité (75%) … La pilule reste le moyen de contraception le plus utilisé chez les femmes de 20 à 29 ans, alors que ce moyen possède énormément de contre indications. Il y a aujourd’hui une plus grande diversité de méthodes.
En 2020, l’injection contraceptive capable de bloquer la production de sperme pourrait être proposée aux hommes (les essais cliniques montre une efficacité de 97,3%). Cette injection est réversible et efficace pour une durée de 13 ans. Presque 10X plus de femmes ont recours à la ligature des trompes que d’hommes à la vasectomie.

Et toi, quelle est ton expérience avec la contraception ?

@gaelle_lamoureux

À lire : Faisons-nous assez l’amour ?

45 commentaires sur “La contraception

  1. Coucou alors moi j’ai le stérilet mirena je le supporte plu… 😥 c’est mon 3ème il est à changer tout les 5ans.. Dans 3ans je l’enlèves et je n’en remettrait plu.. J’aimerais bien que chéri fasse une vasectomie.. Et que l’on soit tranquille.. Pour le stérilet j’ai de long fils on ne les sens pas il se mettent sur le côté car la 1et les fils été coupera ras et ben merci pour enlever le stérilet après j’ai douiller 😬 faut pas les couper ras car l’extraction est pas facile après..

  2. Merci beaucoup pour ton article. J’etais en pleine réflexion pour le stérilet en cuivre contre la pilule (j’ai des maux de têtes régulièrement) et le fait d’avoir eu plusieurs témoignages, ça me réconforte dans mon idée. Merci !! 😊

  3. Très intéressant cet article avec différentes expériences, merci ! J’avais moi-même fais un article il y a quelques mois sur le fait que j’ai complètement arrêté la pilule après avoir eu ma fille. Cela fait maintenant 3 ans que je ne prends aucun moyen de contraception, ni pilule, ni stérilet, ni implant, bref rien. Disons que l’on fait attention, monsieur se retire avant le moment fatidique, jusqu’à maintenant ça fonctionne, et on sait que si un bébé surprise venait à arriver il serait accepté et aimé tout comme ma fille :). Je retrouve complètement mon corps depuis cette décision, j’arrive à dire quand est-ce que j’ovule, je sais deux jours avant mes règles quand est-ce qu’elles vont arriver, je contrôle mieux mes émotions, j’ai un meilleur appétit, une meilleure libido, bref je ne regrette pas. Les seuls points négatifs pour moi sont des règles plus douloureuses et plus abondantes. Mais rien n’est parfait et cette méthode me convient (et convient à mon compagnon) donc on continue ainsi 🙂

    1. J’ai téléchargé une application pour calculer mon cycle, mais je ressens chaque étape de mon cycle. Je suis comme toi, j’aime ressentir mon corps vivre naturellement. Malgré des règles plus douloureuses.

  4. Moi on m’as prèscrit une micro pilule, comme je suis très fertile. J’ai peur de retomber enceinte. J’avais une pilule depuis mes 19 ans, qui marcher très bien, mais ma Gynécologue me l’enlever parce que j’avais les jambes lourdes. Mais je n’ai confiance que dans mon ancienne pilule

  5. Super article très intéressant 😊 mon parcours à moi est très différent je n’ai jamais pris la pilule ..j’ai toujours utiliser des préservatif avec mon partenaire au bout d’un an que l’on était ensemble on a décidé d’avoir un enfant donc je suis tombée enceinte au bout de 2 mois ensuite quand j’ai accouché de mon fils ma gynécologue m’a parlé des moyens de contraceptif je voulais mettre un stérilet elle m’a dit comme j’ai eu une césarienne il faut attendre que tout se remettre bien utiliser les préservatifs et avec mon mari ont a décidé d’avoir un deuxième enfant donc mes enfants ont 2 ans d’écart car je suis tombé très vite enceinte encore une fois de ma fille..😊 avec mon mari on a décidé d’avoir seulement 2 enfants lors de ma deuxième césarienne j’ai demandé qu’on me ligature les trompes c’était une décision que l’on a beaucoup réfléchi avant car on ne peut pas revenir en arrière mais je ne regrette pas car je me sens une famille complète avec mes deux enfants et mon mari et je n’ai pas à stresser avec le moyen de contraception 😊😊

      1. Ce n’est pas normal. Je viens de me faire operer a 27ans et je n’ai pas eu ce parcours du combattants si ton gygy refuse il doit te tourner vers d’autres. Et il ya une loi pour sa attention qu’elle soit respecté

  6. Super article, merci de parler de ça ! pour ma part j’ai commencé à prendre la pilule à 17 ans (j’en ai 23 actuellement) j’ai changé trois fois car la première me donner d’énorme migraine, puis la deuxième des règles qui durait plusieurs semaines et au bout d’un an de prise de la troisième (il y a deux ans) j’ai commencé à voir de plus en plus d’effet négatif… prise de poids énorme, rétention d’eau, jambes gonflées, migraine, déprime… mais la goûte d’eau qui a fait déborder le vase c’est quand un soir seule dans mon appart j’ai eu des douleurs à la poitrine tellement forte que j’ai cru faire une embolie… et de là on m’as dit que les hormones commençait à jouer sur ma santé. Depuis (2 ans) je ne prends plus de moyens de contraception mis à part le préservatif, je me sens tellement mieux… (bon je dois aller me faire poser le stérilet en cuivre depuis 6 mois mais je flippe trop… mais votre article m’as convaincu)…
    Voilà j’avais le besoin de partager mon expérience avec la pilule…
    Bises !

    1. Merci ! En effet la pilule a eu des effets négatifs sur toi. Sans doute que ça n’était pas la contraception adaptée à ton corps. Si ça peut te rassurer j’avais peur aussi de mettre un stérilet mais franchement je ne regrette vraiment pas ça m’a changé la vie ! J’espère que ça se passera bien pour toi!

  7. Ça m’énerve tellement de lire encore qu’un gynéco (ou n’importe quel médecin) impose 3 mois d’arrêt de pilule avant la pose d’un stérilet alors que les recommandations c’est de poser le DIU maximum 5 jours après l’arrêt de la pilule 😩😩😩
    Mais bon, je me rassure en me disant qu’on propose de plus en plus de choix de contraception et que bientôt, la pilule ne sera plus la norme!
    Merci pour cet article!

    1. Oui nous avons beaucoup de témoignages sur ce sujet. C’est bien évidement faux c’est dommage qu’il y ait des médecins qui ne connaissent pas réellement leur métier. Merci à toi pour ton commentaire 😉

      1. Coucou moi jai eu la pilule de 17 à 22 super bien toléré. A son arrêt jai prit du poids. Jai eu mon fils et après j’ai voulu essayer les stérilets comme vous je pensais que ce serai magique on m en a poser 3 différents hormones et non et les 3 se sont déplacées car jai un utérus trop contractile et jai rien senti donc cest super important de faire une écho pour voir sil est bien placer. Ensuite jai l’implant pendant 4 ans plus de règles jetais super bien même niveau humeur etc.. sauf que jai prit 10 kg.. et la apres la naissance de ma fille je suis rester 7 mois sans contraception…je voulais laisser le temps a mon corps de ce remettre mais clairement le préservatif… au bout de quelques mois jai trouver cela super contraignant. et étant assez fertile et ne voulant plus d enfant je ne voulais pas jouer.. ensuite jai eu des rosaces donc gros problème de peau… on ma conseiller de reprendre la pilule jai voulu davoir une progestative pr réduire mes règles très abondantes et comme javais bien supporter l.implant sauf que jai eu des spoting en continue .. ensuite triafemi mais caillots règles etc et la yaz .. tjr des pertes qui on l air de ce calmer …🤞🏼🤞🏼🤞🏼 sinon après je serai clairement en impasse thérapeutique… et a 28 ans les médecins sont contre la ligature ..
        Bref la contraception et les hormones cest vraiment la M …!!!

        Merci pour votre article jespere que vos stérilets vont marcher
        .. mais a long terme jai beaucoup d’amies autour de moi qui ont eu des problème.. anémie ou hormonal

        Bonne journée 😉

  8. Je ne comprends toujours pas pourquoi la pilule est un moyen de contraception que l’on propose directement aux jeunes femmes quand il s’agit de débuter une vie sexuelle ou pour l’acné. Quand on est jeune on a pas forcément assez de recul et on ne se pose pas toujours autant de questions sur les répercussions qu’elle peut avoir que lorsque l’on est plus âgée. Et pourtant prendre la pilule est loin d’être anodin…
    Pour ma part j’ai pris la pilule pendant 10 mois dans le but de soigner mon acné qui persistait malgré bcp de traitements. Résultat cela aura été 10 mois de trop, qui ont fahi me faire perdre la vie par une embolie pulmonaire à 19ans… un des nombreux effets secondaires de la pilule ou l’on se dit que cela n’arrive qu’aux autres. J’ai aujourd’hui un stérilet en cuivre et me sens tellement plus en confiance de ne plus prendre d’hormones que je trouve contre nature.

  9. Pour ma part, j’ai pris comme beaucoup la décision d’arrêter la pilule pour les effets secondaires bien désagréables qu’il y a tout autour et j’ai opté pour le stérilet cuivre il y a maintenant deux ans. Mais on ne parle pas assez des risques de tomber enceinte sous stérilet au cuivre, ce qui assez fréquent et ce que j’ignorais avant que cela m’arrive..
    Étant très fertile, je suis de nouveau tombé enceinte sous stérilet hormonal (Kyleena, peu dosé en hormones), ce qui est très rare (fort dommage pour moi j’etais Beaucoup plus alaise avec ce stérilet qu’avec le cuivre, moins de maux de ventre, moins de règles et pas de changement sur mon corps ou humeur)
    J’ai maintenant un choix réduit de contraception et je suis donc depuis peu sous implant contraceptif, en espérant qu’il me convienne jusqu’au jour où je voudrais des enfants.
    Je pense que la contraception est vraiment propre à chacun et ça nécessite souvent plusieurs années avant de trouver la bonne, pour moi c’est impensable de ne pas en avoir après tous les événements non désirés qui se sont produits.

    1. Ici j’ai eu la pillule je suis tomber enceinte, ensuite j’ai tenter l’implan regle non stop… J’ai decider de mettre un sterilet… Plus jamais… Douleur h24 meme lors des momens intime… Jai donc pris la decision de me faire ligaturer et c’est la meilleure décision de ma vie. Jz suis operer depuis un mois et je revis ❤️

    2. Je comprends. Oui la contraception c’est très personnel et cela prend plusieurs critères en compte. Et tu verras ce qui convient aujourd’hui ne conviendra peut-être plus après avoir eu tes enfants … le corps évolue

  10. J’ai commencé la pilule Trinordiol à mes 16ans (petit copain , règles irrégulières, acné) . Et j’ai vite remarqué que j’avais un écoulement de lait à un de mes sein . Prise de sang faite j’ai un tôt de prolactine élevée même très élevée pour une fille qui n’est pas enceinte. J’ai dû faire une Irm du cerveau pas de problème . Mon médecin en rigole et me dit que si un jour j’ai un enfant je serais une vache laitière 🤷🏻‍♀️ . Elle me change ma pilule pour leelou Gé . Elle était très bien au début je les prise pendant des années. Et là à mes 25 ans la pilule me fait des effets indésirables, nausées, fatigue , retard de règles, un écoulement très léger et pas vraiment rouge mais marron , maux de tête , point au cœur . Je décide d’aller chez le médecin , je tombe sur un remplaçant qui me dit de changer de pilule pour optimizette. Je prend les 3 plaquettes et je vois tout au long de ces 3 mois que je prend du poids alors que mon alimentation est la même, mon rythme de vie est le même également . de l’acné apparaît, toujours fatigué, saute d’humeur,sécheresse vaginale, infection urinaire sur infection urinaire puis au bout d’une seule plaquette 15jours de règles non stop ,puis pour les 2 autres plaquettes plus de règles du tout . Je me sentais tellement mal dans ma peau une sensation de lourdeur. Je part en parler à plusieurs pharmacie autours de moi , certains me conseil de l’arrêter voir mon médecin ou un gynécologue, d’autres me conseil de continuer et d’attendre que mon corps s’adapte mais je suis déjà à +5kilos et j’ai tellement peur d’en prendre encore plus et ne pas savoir les perdre + tout les autres effets qui ne sont pas top . je décide d’arrêter la pilule depuis le 1er février 2020 et de ne pas prendre le risque de continuer Optimizette. Depuis mes règles ne sont toujours pas là nous sommes debut Mars 🤷🏻‍♀️ les dernières règles remonte à décembre (15j) . Je les attends avec impatience.

  11. Je me suis pas mal reconnue en chacune de vous tout d’abord. Comme Gaëlle on m’a diagnostiqué un SOPK lors de l’écho de contrôle pr vérifier si mon stérilet en cuivre était bien positionné. Cela fera deux ans dans quelques mois suite à 6 ou 7 ans sous pillule Minidril. Je kiffe ma vie actuellement comme jamais même si le fait de prendre la pillule à heures fixe n’était pas une contrainte folle pr moi. Je me connais d’avantage. J’écoute mon corps. Je peux enfin comprendre les termes pertes, ovulation. J’ai 28 ans. Je voudrais juste préciser que moi personnellement j’ai eu hyper mal à la pose malgré une professionnelle en qui j’ai confiance et l’habitude. J’ai fait l’erreur d’y aller seule et j’ai fait un malaise dans les toilettes juste derriere mon rdv. Je suis restée une bonne heure assise confortablement non loin de mon lieu de pose afin d’être capable de conduire. Le soir j’ai été patraque le lendemain tout allais bien. C’est un gros changement pr le corps et je ne m’étais pas assez documenté sur les conséquences d’un stérilet en cuivre. Comme vous j’ai connu des grosses règles (quantités et plus longues dans le temps) mais ça se stabilise et la situation n’ai pas figée forcement. Pr moi stérilet = tranquillité sur 5 ans après on verra 🤷‍♀️
    Je suis preneuse de tout expérience de retrait de sterilet en cuivre ou non !
    Merci pr vos articles tjr très instuctifs.

  12. Après quasiment 10 ans de pilule Mélodia, que j’ai commencé car j’avais des cycles trop irréguliers, de grosses douleurs et des kystes ovariens à répétition, à 24 ans et beaucoup de kilos après, j’ai tout arrêté et je suis restée 4 ans sans contraception avec les douleurs qui sont revenues, jusqu’à ce que l’on décide avec mon compagnon de fonder une famille, je suis tombée enceinte à la première tentative, après l’accouchement on m’a proposé minidrill avec l’allaitement mais je ne l’ai pas supporté, prise de poids, j’ai vite arrêté. Aujourd’hui on m’a diagnostiqué une adenomyose profonde, et j’étais arrivée à un stade que les douleurs me coupaient le souffle. Depuis début octobre on m’a posé un stérilet aux hormones Mirena que je supporte très bien, plus de règles, aucune prise de poids, et surtout plus de douleurs je revis. Alors certes mon humeur est parfois changeante mais pour rien au monde je ne regrette ce stérilet. Et si un jour je souhaite avoir un deuxième enfant je le retirerait et pour le bien de mon corps et arrêter ces hormones je pense me faire ligaturer les trompes. Merci pour ce bel article et tous ces témoignages on se sent moins seule.

  13. Bonjour Coralie tu parles d’un traitement pour le melasma tu peux me dire lequel c’est s’il te plaît parce j’ai comme toi et avec la même pilule. Merci et bonne journée

  14. Me concernant, pilule à 19 ans car histoire sérieuse. Arrêt pilule à 22 ans pour essai bb, qui ont pris 4 ans. A la suite de la naissance de mon fils conçu par Fiv, mon conjoint étant quasi stérile je n’ai rien repris.
    J’ai ensuite rencontré mon mari actuel. Je n’ai pas voulu reprendre la pilule car hors de question de prendre des comprimés chimiques avec des effets. J’ai testé l’anneau très faiblement dosé car je suis extrêmement sensible à mes hormones. Il a été super 2 mois jusqu’à ce qu’on se rende compte que ça modifiait ma libido.
    3 ans après je suis tombée enceinte et mon gyneco a un peu insisté après la naissance de notre fille pour la pilule que j’ai refusé ainsi que les autres moyens, par choix.
    Depuis donc 8ans, je n’ai aucune contraceptions, les préservatifs nous vont très bien et notre vie sexuelle aussi!

  15. J’ai commencé la pilule a 16 ans pour règles très douloureuse voire même invalidante… sauf que 3 mois après mes douleurs sont revenus avec des poils au torse en prime.. du coup direction l’endocrinologue qui me fait des tas d’examens et me sort que j’ai un excès de testostérone me voici sous androcur.. pendant 2 ans sauf que je lai pas supporter entre temps j’ai déménagé et mon autre endocrine qui en avait rien a faire m’a fait arrêter tout traitement et me revoilà avec mes règles invalidantes.. je decides donc de trouver une autre endocrinologue qui reprend tout depuis le début nouvelle pilule ect rien ne marche entre temps j’ai pris 10kg et elle na pas de solution.. elle m’envoie chez un spécialiste en endométriose car elle me soupçonne cette maladie Apres quelque mois il m’opère et c’était une infection pelvienne qui a créé des dégâts chez moi (salpingite) et il a vu le sopk en même temps. J’ai du passer 15 pilule en 10 ans a peu près et m’a bousillé mon corps aujourd’hui en je suis sous pilule en continu car mes règles sont insoutenables.. cette maladie hormonale est invivable pour ma pars il me reste que cette contraception chimique pour essayer de vivre un peu sans douleurs..

  16. Après avoir eu ma deuxième fille, je décide de me faire poser un stérilet au cuivre car je ne supporte plus celui aux hormones ni la pilule. Des règles très abondantes mais régulières.
    Sauf qu’au bout de 18 mois, je constate des pertes anormales en plein milieu de mon cycle. Puis très vite des douleurs apparaissent d’un côté.
    Résultat c’était une grossesse extra utérine alors que le stérilet au cuivre était parfaitement en place. Cela a mis 2 mois pour rentrer dans l’ordre.
    J’ai été contrainte d’enlever le stérilet au cuivre et reposer un aux hormones qui me donnera moins de risque de refaire une geu. Malheureusement ça fait 6 mois et je ne supporte pas très bien le mirena…

  17. Merci pour l’article… alors comme beaucoup j’ai eu la pilule en premier car les gyneco disaient qu’on ne pouvait pas avoir autre chose tant qu’on n’a pas eu d’enfant (erreur!)… je l’ai stoppé pour faire un bébé et après je voulais ne plus avoir la peur d’oublier la prise du soir, et je voulais avoir mes règles (alors c’est dans ma tête j’ai besoin de savoir que mon corps évacue le sang alors que des amies me conseillaient le mirena pour ne plus avoir de règles… j’ai donc eu après ma première grossesse le stérilet au cuivre!
    Alors j’ai découvert après l’arrêt de la pilule la libido que les hormones de la pilule m’avaient caché et j’ai perdu du poids !!
    Gaëlle j’avoue la taille de l’engin (comme tu dis) fait peur … mais c’est surtout la taille de la boîte qui fait peur le stérilet n’est pas aussi grand que cela et heureusement 😅… les filles franchement quand tu es dans la salle d’attente du gyneco tout le monde sait que tu viens pour la pose d’un stérilet vu la taille de la boîte !! Ça ne se cache pas dans un sac 😬
    En tout cas bel article !! Et super live !!!! Merci

  18. Article très intéressant. Je trouve que les femmes ne sont pas assez informés des possibilités qui s’offrent à elles pour la contraception et les protections. J’ai sauté le pas il y a 6 mois et j’ai donc posé un stérilet. J’en suis aujourd’hui ravie car je connais enfin mon corps car ayant eu la pilule jeune pour enlever l’acné je ne connaissais pas mon cycle.
    Pour ma part, je ne préfère pas mentir, la pose a été compliquée des douleurs pendant 2 jours au lit avec une bouillotte. Je n’ai pas d’enfant donc ça explique sûrement.
    La gynécologue m’avait déconseillé l’usage de la cup et je ne l’ai pas écoutée. Quelle erreur j’ai retirer tout simplement le stérilet au bout de 3 mois.
    Malgré tout cela les avantages sont tellement nombreux que j’en ai fais reposer un immédiatement.
    En effet j’ai découvert une libido, pas de sauts d’humeurs, de vrai sensation. Avec la pilule j’étais comme endormi en quelque sorte.
    Ce commentaire est long mais ayant une expérience différente je souhaitais la partager.
    Merci à vous les filles pour ce blog qui donne la parole libre aux femmes

      1. Merci pour cet article 🙂
        Depuis mon adolescence, je souffre de règles douloureuses et hémorragiques. J’ai pris la pilule pendant 1 an et ça m’a soulagé mais j’avais en même temps l’impression d’empoisonner mon corps et ça ne collait pas du tout à mes choix de vie, à mes choix de consommation etc J’ai donc décidé d’arrêter la pilule et de pratiquer la symptothermie. Ca a changé ma vie et celle de mon mari, je me suis sentie tellement bien dans mon corps et à l’aise que notre vie de couple s’est nettement améliorée. Nous avons ensuite décidé d’avoir un enfant, je suis tombée enceinte au premier cycle. Après la naissance de notre fille, j’ai tout naturellement refusé la pilule et le stérilet et je me sens bien et en pleine forme. Je connais mon corps et mon cycle par coeur et je vis beaucoup mieux qu’avant ma période de règles 🙂

  19. Bonjour,
    J’ai pris la pilule pour la première fois à 15 ans quand j’ai commencé à avoir des rapports sexuels. C’est vrai que mon gynéco ne s’est pas posé de questions et il ne m’en a pas posé non plus sur les contraceptions qui pourraient me convenir. C’était « logique ». Je l’ai prise pendant 7 ans parce que c’était la normalité de prendre la pilule quand on étai une jeune femme. J’avais un peu d’acné donc je pensais que ça allait me faire du bien à la peau. Puis j’ai commencé à me poser des questions sur les effets de cette pilule, des hormones sur le corps et j’ai décidé de me faire poser un stérilet. C’est donc vers 21/22 ans sans enfant, que je demande une pose de stérilet sans hormones à mon gynéco. Il n’était pas vraiment pour mais j’ai quand même réussi à le convaincre. Après 2 longues semaines, pliée en deux, à avoir des douleurs inimaginable, à avoir des contractions comme si j’allais accoucher, je vais aux urgences pour me le faire enlever. Je ne sais toujours pas s’il avait été mal posé, si j’étais trop jeune pour le supporter ou s’il s’était simplement déplacé mais j’ai vraiment vécu l’enfer. J’ai donc repris la pilule parce que je ne connaissait pas d’autres moyens de contraceptions. Jusqu’à l’année dernière j’étais donc sous « liloo » mais après plus de 10 ans sous pilule (j’ai 27 ans aujourd’hui) mon corps n’en pouvait plus. Il a commencé a rejeter la pilule: baisse de libido, plus envie de la prendre, sensations bizarres … Jusqu’au moment ou l’on m’a diagnostiqué des cellules cancéreuses sur le col de l’utérus. L’effondrement. Je ne sais pas si c’est possible mais j’ai fais le rapprochement avec la pilule. Pour moi c’était les conséquences de toutes ces années d’hormones que mon corps rejetait. J’ai arrêté immédiatement la pilule et j’ai retenté malgré tout la pose d’un stérilet. Celui la qui m’a été prescrit était plus petit que le précédent et toujours en cuivre. Je ne sais pour quelles raisons mais cette pose a fonctionné, pas de douleurs, rien. Seulement les symptômes habituels dû au stérilet : règles plus abondantes et plus douloureuses. J’avais peur de ravoir un peu d’acné mais finalement tout se passe bien de ce côté la aussi. C’est vraiment le bonheur depuis et je ne regrette pas d’avoir retenté l’expérience ! Alors même si vous avez vécu une « mauvaise » expérience, n’hésitez pas à réessayer, ça pourrait être la bonne ! 🙂
    Caroline

Laisser un commentaire