Comment aider votre enfant à s’endormir en 5 pistes.

Les rappels on les adore en concert, un peu moins quand ce sont nos enfants qui retardent l’heure du dodo. Pendant 6 mois, Camille 3 ans, a eu des difficultés à dormir. En septembre 2019 je vous avais fait part sur Instagram des soucis de sommeil que nous rencontrions avec Camille. Elle n’arrivait plus à dormir seule. Quand le sommeil de son enfant est perturbé, il est difficile de gérer la fatigue. Des tensions peuvent apparaître, une détresse et un isolement parental peuvent se créer. Comment nous avons surmonté cette période difficile autant pour Camille que pour nous parents ? Quelles solutions avons nous trouvé ? Comment aider votre enfant à s’endormir en 5 pistes.

Comment aider votre enfant à s'endormir en 5 pistes threeminds

Depuis son sommeil s’est nettement amélioré et n’est plus devenu une source d’angoisse. Dans cet article je vous livre mes pistes pour résoudre les problèmes de sommeil de votre enfant et l’aider à s’endormir seul.

Tout a commencé vers septembre 2019, avec des premiers réveils nocturnes. Et puis cela a évolué par des pleurs avant d’aller se coucher. Elle pleurait et hurlait et nous livrions une « lutte » CHAQUE soir. Nous étions désarmés face à ce comportement, car jusque là elle dormait très bien (Camille était même une grande marmotte). Pendant plusieurs semaines elle a squatté ( le mot n’est pas faible) notre lit. Oui, la fatigue s’accumulait, et le rythme du quotidien soutenu (travail, école, activité). Une solution qui me semblait sans fin …car ce n’en était pas une (à mon sens). Je me suis renseignée à droite à gauche, et puis nous avons …

Accepté

Nous avons accepté que Camille avait un problème de sommeil qui persistait et s’intensifiait. Je n’avais pas eu de réveils nocturnes depuis très longtemps… (c’est une habitude que l’on perd vite).

Dormir avec Camille n’était pas reposant ! Elle était agitée, se réveillait beaucoup la nuit et ronflait !

Nous subissions clairement la situation. Et puis j’ai compris que ma fille avait besoin de moi. Mon agacement nourrissait l’angoisse et ne faisait qu’empirer la situation. À partir de ce moment, j’ai accepté et j’ai senti que les choses pouvaient évoluer. Il fallait trouver les raisons et les solutions.

L’homéopathie 

C’est la première solution vers laquelle je me suis dirigée instinctivement.

  • Gelsemium ( 5 granules le soir avant le repas)
  • Stramonium ( 5 granules au coucher )
Comment aider votre enfant à s'endormir en 5 pistes threeminds

La mise en place de ce traitement a été simple à mettre en place. Pendant deux semaines nous avons observé une grande amélioration … Et puis les réveils nocturnes ont recommencé. J’ai alors compris que le souci était bien plus complexe.

Si votre enfant est agité avant l’endormissement ou a quelques réveils nocturnes (sans soucis pour se rendormir) je pense que l’homéopathie est une bonne solution. Mais pour un problème de sommeil plus complexe j’en doute. Le gelsemium a été efficace pour aider Camille à être plus sereine avant de dormir.

Retour à la case départ, enfin à la case médecin qui me propose …

Un bilan ORL

Le médecin a compris également qu’il y avait un souci plus profond que le simple fait de ne pas vouloir dormir. Nous avons eu une ordonnance pour consulter un ORL et faire un bilan. J’ai eu la chance d’avoir un rendez-vous assez rapidement avec une bonne ORL ( que je recommande à 100% Dr Guillotte, près de Rennes).

Bilan du spécialiste, Camille doit se faire opérer des amygdales et végétations partiellement. Les réveils nocturnes à répétition seraient expliqués par une apnée du sommeil prononcée dû à la taille excessive de ses amygdales et végétations. La spécialiste m’explique que c’est une cause « boule de neige », les apnées perturbent le sommeil, et provoquent des réveils angoissants, et donc dormir peut faire peur à l’enfant ( je vous prépare un article sur cette opération bientôt ).

Nous programmons une opération un mois plus tard avec cette spécialiste. Nous avions beaucoup d’espoir mais aussi pas mal de stress.

Après l’opération le sommeil de Camille a complètement changé !! Plus du tout de ronflements et de réveils nocturnes ! Incroyable ! Mais l’habitude de dormir avec nous s’est maintenu malgré tout. Alors nous avons instauré de …

Nouveaux rituels

Pour que Camille parvienne à s’endormir seule dans sa chambre ne s’est pas fait du jour au lendemain. Mais l’opération de l’ORL a facilité cela. J’ai beaucoup tâtonné et écouté les besoins de Camille.

Au début, elle voulait 4 histoires le soir ? Et bien on en lisait 4. Elle avait besoin que je reste un peu avec elle, je restais. À force de l’écouter j’ai compris quel serait le rituel parfait pour l’aider.

  • 2 histoires le soir (une de maman et une de papa)
  • Des câlins très forts
  • Un secret à l’oreille
Comment aider votre enfant à s'endormir en 5 pistes threeminds
Photo Elsa Rousillat

Et des rituels qui ne nécessitaient pas ma présence physique.

  • Se brosser les dents toute seule
  • Se mettre en pyjama toute seule
  • Allumer sa petite veilleuse

Je ne dis pas que cela a été simple, il y a eu des moments compliqués. J’ai eu envie de laisser tomber mais j’ai persévéré et Camille aussi. Aujourd’hui elle se réveille fière d’elle et surtout elle a un sommeil de qualité. C’est le chemin de l’autonomie retrouvé pour elle, il donc important de …

Remplacer ma présence (celle de l’adulte)

L’objet indispensable : la veilleuse. Nous avons pris l’ancienne veilleuse de son frère, IKEA, qui a une luminosité très faible. L’objectif était de la rassurer, mais cela n’était pas suffisant. Alors nous avons laissé la lumière du couloir et la porte de sa chambre ouverte. Et cela à fonctionné.

Citation

Un soir, Camille m’expliquait que sa chambre lui faisait peur car il y avait des « formes noires« . J’en ai déduit que les ombres de sa chambre dans le noir lui faisait peur. C’est pour cela que nous avons laissé la lumière du couloir.

Parfois l’angoisse de dormir est très présente, Camille pleur à chaudes larmes. Difficile de s’endormir pour elle. Nous avons adopté la respiration koala toutes les deux. C’est une technique très simple pour apaiser l’enfant. C’est une respiration ventre à ventre, Camille est dans mes bras et je l’enveloppe complètement. Nous restons en silence, dans sa chambre et synchronisons notre respiration. La maîtrise de la respiration est importante pour s’avoir s’appaiser.

Et puis je suis tombée sur une super idée …

Désencombrer (la piste bonus)

Désencombrer la chambre de l’enfant. J’ai lu cela au hasard d’un magazine dans une salle d’attente. À l’époque nous étions tellement dépités que j’ai photographié l’article ! Dans cet article il était expliqué qu’une chambre encombrée pouvait être une barrière l’endormissement de l’enfant. J’ai alors passé un week-end entier à trier les jouets, déco, livres, souvenirs. Je range la chambre de Camille avant de la coucher systématiquement aujourd’hui.

Avec cette expérience je suis persuadée qu’on ne conditionne pas un enfant à dormir par l’obligation. Pour moi les rituels du coucher sont les meilleurs moyens d’apaiser un enfant avant de dormir. Ils structurent l’étape de l’endormissement. Cet article vous partage notre propre expérience et des pistes qui ont été des solutions pour Camille. Comment aider votre enfant à s’endormir ? C’est à vous de croire en votre capacité à aider votre enfant. Je ne peux pas vous assurer que mes conseils régleront tous les soucis de sommeil mais ils sont tous bons à prendre. Donc si notre expérience peut vous être favorable, j’en serai très heureuse.

Aujourd’hui où en sommes-nous ? Camille dort seule dans sa chambre, seule et sans pleurs. Tous les jours ? Non bien-sûr, il arrive que ce soit difficile. La prochaine étape est de ne pas allumer systématiquement la lumière du couloir mais juste la veilleuse.

L’heure du sommeil n’est plus un moment d’angoisse, de hurlements et de pleurs. Ça c’est victoire ! Maintenant à nous parents de reprendre nos repères et de nous reposer.

Et toi comment ça se passe ?

As-tu des conseils et astuces à donner ?

Nous attendons votre expérience en commentaires 😊

Gaelle Lamoureux blogueuse lifestyleGaëlle Lamoureux

A lire également : Mon enfant bégaie

13 commentaires sur “Comment aider votre enfant à s’endormir en 5 pistes.

  1. Mon fils Eden à 20 mois.

    Il est couché vers 20h. Il s’est toujours très bien endormit seul, quelques réveils nocturnes de temps en temps quand il est malade, mais cela reste rare. C’est un lève tôt, il se reveil entre 5h30 et 7h (si nous avons de la chance 😂).

    Il y a environ 2 mois Eden a commencé à ce reveiller 2 à 3 fois par nuit… sans aucunes explications.
    Nous allions le voir pour le rassurer et il se rendormait.
    Puis il avait de plus en plus de mal à s’endormir le soir. Jusqu’à ce qu’il finisse par ne plus accepter qu’on sorte de sa chambre!
    Au début je patientais au dessus de son lit en le rassurant, mais des que je sortais de la chambre il hurlait.
    Le sommeil étant pour moi important (je dormais 8 à 10h avant d’être maman), la fatigue à commencé a ce faire ressentir !

    J’ai essayé de rester auprès de lui, et quand j’arrivais à rejoindre mon lit, il se réveillait de nouveau, j’ai donc passé quelques nuits assise à coter de son lit, a mettre un matelas dans sa chambre, a le prendre dans notre lit, on ce passait le relais avec son papa…

    Mais le sommeil était catastrophique, il bouge beaucoup, ce reveil souvent et ne ce reposait pas!
    Un soir nous nous sommes dit « laissons le pleurer » chose que nous n’avions jamais fait.
    ERREUR Eden a pleuré et voyant que nous ne venions pas, il s’est fait vomir.

    La culpabilité m’a envahie, et c’est à ce moment là que je me suis dit. Tu es sa maman, ton fils a besoin de toi!

    Je me suis donc documenté, nous avons commencé l’homéopathie et je l’ai emmené faire une séance d’ostéopathie (ces deux choses l’ont déjà beaucoup aidé) l’ostéopathe a ressentit du stress et de l’angoisse.
    Le soir nous avons continué notre rituel du coucher (lavage de dents, histoire du soir, change, gros calins), nous restions à coter de son lit en le rassurant puis je restait debout immobile et si il ce relevait ou qu’il réclamait les bras je ne bougeait pas.
    Puis une fois endormit nous sortions.
    Au début, il y avait encore beaucoup de réveils nocturnes et nous étions donc obligé de recommencer l’opération !
    Au file des jours je me mettais, immobile, de plus en plus prêt de la porte de sa chambre, jusqu’à finir par être à l’extérieur de celle-ci… puis ensuite il avait simplement la porte ouverte avec la lumière du salon.
    Nous avons ensuite acheter une veilleuse, ce qui a permit de refermer la porte de sa chambre.

    Aujourd’hui le coucher et le sommeil son revenu a la normal!

    Je culpabilise encore beaucoup de la situation dans laquelle nous étions, mais la fatigue accumulée était difficile à gérer tant pour lui que pour nous parents et couple!

    Je retiens de cette expérience que je serais toujours à l’écoute de mon tout petit et qu’il a besoin de nous pour être rassurer apaise.

    Mais nous ne sommes pas des machines, nous Somme humains, et les facteurs travail, fatigue et famille peuvent nous faire faire des choses et des choix qui au final vont nous desservir…

    Etres parents n’est pas inné, ça s’apprend tous les jours…

    Et pensez aussi que quand vous en tant qu’adulte vous faite un cauchemars ou que vous êtes angoissé… n’oubliez pas que vous êtes deux dans votre lit (bon d’accord ou pas) votre petit bout est seul lui 😊

    1. Exactement nous ne sommes pas des machines !! Et la fatigue accumulée est parfois intense, du coup on est moins patient et plus irritable… Et nos enfants également. Je suis contente que vous ayez trouvé des pistes pour améliorer la situation. La culpabilité parentale elle est partout c’est dingue !

  2. Bonjour, ici c’est ma fille de 8 ans maintenant qui a toujours eu des difficultés à s’endormir. Pour le moment et depuis 2 mois maintenant, je la laisse le soir lire dans son lit 10 à 15mn (avant c’est moi qui lisait). C’est elle qui me l’a dit l’autre jour : maman depuis que je lis avant de dormir je m’endors plus vite !
    Avant ça : il y avait le rituel de l’histoire donc, puis elle me racontait sa journée pendant qqs minutes, puis je lui massais le dos pour la détendre en lui chantant 3 chansons, toujours les mêmes ! Elle avait clairement besoin de passer du temps avec moi, maintenant c’est passé mais je reste toujours à son écoute si elle veut me dire qqchose.
    C’est une petite fille ultrasensible et pas mal angoissée… Pendant une période le livre « mon conte sophro à écouter pour bien s’endormir » l’a beaucoup aidé, je le lui ai lu 2 soirs, puis je lui mettait à écouter (il y a un CD ou alors on peut scanner un code barre pour l’écouter via tablette ou téléphone). Il s’agit notamment pour l’enfant de s’imaginer un lieu réconfortant, un refuge. Pour le moment il est mis de côté mais je n’exclue pas d’y revenir si besoin. J’ai du partir qqs jours pendant les vacances et elle est allée dormir chez des amis, je lui ai dit qu’elle pense bien à son « refuge » si jamais elle rencontrait des difficultés à s’endormir.
    Par contre j’ai toujours refusé de lui donner de l’homéopathie ou des plantes : je ne veux pas qu’elle associe facilité d’endormissement à la prise d’un produit, aussi inoffensif soit il, je crains pour son futur quand elle aura plus facilement accès à des produits plus nocifs, ne serait-ce que des somniferes… Bon il y a certains problèmes d’addition dans la famille donc j’y suis particulièrement sensible, à chacun de voir mais il me semble que c’est un paramètre à prendre en compte.
    Sinon pareil la porte entrouverte et la lumière sur le pallier le temps qu’elle s’endorme.
    Merci pour votre article, bonne journée 🙂
    Isabell

  3. Ahhh les réveils
    Mon petit garçon bientôt 4 ans nous fait encore des petites misères et des fois demandent à dormir avec nous
    Mais on a un tout petit lit 140 alors c est pas pas souvent envisageable
    Nous on a ‘e soucis des cauchemar ….c est très très simple on sait le dessins animés qui regardent et si il tente après 16h c est foutu on aura une nuit pourri et pourtant on a interdit le dessin animé lui est dit mais tu as peur le soir ….non non il insiste persiste
    Alors on rassure ra ça arrive on « fait le tour de la maison  » on ouvre tous les placards avant chaque coucher
    En mais la peluche tigre sur la marche pour le « protéger » des fois ça fonctionne des fois non
    Mais bon je dois dire que moi même petite je dormais presque chaque nuit dans le lit de mes parents car je faisais des cauchemar ….c est peut être une période avant de devenir un grand …et après on sera peut être nostalgique de tout ça…alors tant pis pour notre sommeil réparateur profites de nos petits coeurs encore un peu sentir leur petit cou car bientôt ils voudront plus de nous 😭😭😭

    1. J’ai remarqué ça chez Camille, elle adore avoir peur. J’ai l’impression que parfois elle cherche à avoir peur. Vraiment. Les cauchemars c’est un passage obligé je pense pour nos enfants. J’ai une abonnée qui fait dessiner le cauchemar à son enfant, et le met ensuite en boule puis à la poubelle. C’est peut-être à tenter.

  4. Nous venons de déménager ici début janvier donc mon petit garçon qui vient d avoir 4 ans à du changer d école également. Beaucoup de changement d un coup. Cette semaine à été la pire semaine depuis sa naissance. Il a hurlé pendant 2 heures une fois mis au lit. On lui a lu des histoires, mis la veilleuse, parlé avec lui calmement mais rien à faire. Il sait endormi seul d épuisement. Et hier j’ai parlé avec la pédiatre et un membre de ma famille qui est psychologue et qui me disent que c’est du au faite qu’il y a trop de changement d un coup et manque de repéres.
    J’ai donc pensé que sa BOÎTE À FABRIQUE D HISTOIRE pourrai l aidé à s endormir.
    DE faite hier après 2 histoires de cette boîte à fabrique il sait endormi au bout de 10 minutes avec ma présence à côté. Pas de réveil durant la nuit. Et ce matin pas de pleure non plus en le déposant à l’école. Croisons les doigts que ça continue ce soir 🤞.

    Merci pour vos conseils c’est toujours bon à prendre.

  5. Bonjour ,
    Moi mon soucis c’est le reveil et le soir quand je la récupère apres l’ecole elle dort sur le chemin .Je suis obligé de la réveillé des que le bus arrive on monte , elle dort , on redescend pour en reprendre un autre et elle redors …si je la stimule pas un max sur le trajet elle dort . Et le lundi c’est chaud des qu’on rendre elle dort et jusqu’au lendemain .
    Je sais pas si c’est une phase ou un probleme de vitamines ou je sais pas quoi , ou c’est le changement physique.
    Est ce que les dents font cette effet ? Vue que des fois elle a les joues rouges et qu’elle a deux dents qui bougent ..
    Est ce que certaines maman on deja eu ce cas ya aussi le fait qu’elle ne veut pas faire de sieste a l’école , est ce que ça joue .
    Elle a 4 ans bientot 5 .

    1. Les trajets ça endort pas mal d’enfants, elle doit être épuisée si elle ne fait pas de sieste ! Et si tu vas la chercher avec un livre à lire pendant le trajet ou même avec la boite à Histoire (cf commentaire plus pas). Un truc qui stimule son cerveau et ses mains. C’est pas évident j’avoue !

  6. Superbe cette article, beaucoup de piste explorer, celle de légèrement modifié le rituel c’est une bonne idée, ici avec Paolina on a pas ce problème mais ça pourrait venir nous appliquons la méthode d’Isabelle filliozat, conserver le rituel apprend à l’enfant l’autonomie et on mets en place éducation positive , il es super important pour un enfant de conserver c’est habitude car c’est vrai qu’il aime la routine et faire tout les soir avant dodo les mêmes chose et pars lui même ça lui donne un objectif, nous avons incorporer le tableau du dodo de « mimi bergamote » ou à chaque action une récompense verbale , à la fin des tickets dodo, comme ça l’enfant rentre dans la responsabilité et il aime bien ça

Laisser un commentaire