Désirer un seul enfant

Avoir un enfant unique est un choix de vie parfois sensible, voir étonnant. « Nous ne voulons pas d’autre enfant ». Cette décision en 2019 est encore incomprise et mal vue. Mes mots sont-ils exagérés pour cette introduction ? Je ne crois pas, ils sont à la hauteur de ce que je ressens. Demande t-on aux parents qui ont deux enfants pourquoi ils ont fait ce choix ? Les parents d’enfants uniques sont-ils égoïstes ? Injustes ou abominables ? Il y a environ 15 % d’enfants uniques en France. Séparation, monoparentalité, soucis de fertilité ou choix. Cet article parle de mon choix de n’avoir qu’un seul enfant unique.

« Alors le deuxième c’est pour quand ? ».

Camille a aujourd’hui un peu plus de trois ans et je ne compte plus le nombre de fois ou cette question est arrivée sur le tapis. Il y a des situations où je la vois venir à 10 km. Et je me suis créée au fil du temps une réponse toute faite :

« Non, nous sommes très bien comme ça. Je n’ai pas eu une grossesse et un accouchement top. On a la chance d’avoir une petite fille en bonne santé. C’est cool et c’est notre choix de vie ».

Alors le deuxième c’est pour quand ?

Les remarques que j’ai en retour semblent aussi toutes faites et réfléchies, puisqu’elles interviennent en écho. « Elle va s’ennuyer toute seule », « C’est triste » et le plus souvent « Tu es jeune, tu changeras d’avis ». Je vis aussi mal cette conversation qu’une femme qui essaie tant bien que mal de tomber enceinte.

Le choix de vie d’avoir un enfant unique n’est pas une blague. Choisir d’avoir un seul enfant c’est renoncer à palpiter devant ce premier regard après la naissance. C’est aussi comprendre et accepter de vivre l’aventure une seule fois dans sa vie. C’est faire le choix d’être parent « d’une fois » et savourer l’émotion de chaque première fois car elles sonnent comme dernière fois. Le moment est à peine vécu qu’il devient désuet. Je pense avoir mûri ma décision, d’y avoir réfléchi et peser les conséquences. Je serai donc la maman d’un seul enfant. Mais également une maman de cœur pour Kenzo (le premier enfant de Jean mon compagnon). C’est mon équilibre, c’est notre choix.

Le choix d’un enfant unique, un choix égoïste ?

Pour moi c’est tout le contraire. J’aime ma fille plus que tout au monde ! Je connais mes limites mais surtout je suis consciente de mon train de vie. Retomber enceinte ? Je serais épuisée, je n’aurais pas la même patience. On ne fait pas de deuxième enfant pour faire plaisir au premier.

Désirer un seul enfant

C’est un jugement très facile finalement quand on y pense. La « normalité » voudrait qu’une famille ait deux enfants (voir trois). Ce choix de vie d’avoir un enfant unique dérange. Et là, je te vois froncer les sourcils. Un choix qui ne suit pas la majorité est naturellement pointé et souvent incompris. Pourquoi ? Parce que ce choix met certaines personnes face à leur dilemmes et contradictions. Ces personnes ne sont pas nécessairement malveillantes, elles plaident juste en faveur de leur modèle familial, sans envisager qu’il y ait d’autres façons de fonder une famille.

Enfant unique, enfant pourri gâté

L’enfant unique a mauvaise réputation. On le décrit, injustement, d’enfant « pourri gâté », capricieux, agressif, autoritaire et solitaire. Hélas les idées reçues ont la vie dure. 

Non, un enfant unique n’est pas pire qu’un autre, c’est juste différent. Cela relève pour moi de l’éducation et des valeurs que l’on transmet à son enfant. J’accepte d’entendre que Camille est une enfant privilégiée, qui a une attention particulière de ses deux parents. Nous avons une petite fille très facile à vivre. Elle dort bien, elle est curieuse et sociale, elle écoute facilement et s’adapte très vite. J’ai conscience de la chance que l’on a. Je suis très attentive à ne pas trop la surprotéger, ou ne pas la gâter matériellement à outrance.

« Ça serait bien un petit frère ou une petite sœur pour Camille ».

Pour être honnête, je suis assez d’accord. Je suis moi même enfant unique, et j’ai conscience que, petite, j’aurais aimé avoir un frère ou une sœur pour jouer. Pour moins m’ennuyer, pour partager… Mais je ne vais pas faire un enfant pour Camille !

Pas qu’une maman

C’est aussi l’envie de pouvoir concilier travail et vie privée. Je souhaite à la fois me consacrer à mon enfant et me réaliser professionnellement, trouver du temps pour moi et pour mon couple. J’ai trouvé un équilibre presque parfait et ma vie ne s’est pas arrêtée à mon rôle uniquement de mère et de femme. J’aime sortir et voyager, je le fais aussi facilement seule, en couple ou en famille et c’est cette liberté qui est pour moi très importante. Je suis bien, je me sens bien comme cela. Vraiment.

Famille

La fameuse culpabilité

Même convaincue d’avoir fait le choix qui me convient, j’ai eu des instants de culpabilité. Suis-je trop autocentrée, Camille ne va t-elle pas souffrir ? Cette culpabilité je l’ai ressentie beaucoup sur les réseaux sociaux, parce que « LA » famille nombreuse participe au rêve familial à la mode. Comme un fantasme de famille.

J’ai l’impression que la femme est attendue au tournant dans toutes les étapes de sa vie finalement. Son choix de partenaire, puis ensuite on attend son mariage, puis la logique voudrait qu’elle tombe enceinte l’année suivante, et puis que le deuxième arrive au trois ans du premier. Genre il était une fois la femme …

Le désir d’un autre enfant n’est pas revenu depuis la naissance de Camille. Je l’ai pourtant guetté de peur de passer à côté ou d’avoir des regrets. Cette décision de n’avoir qu’un enfant n’était pas du tout préméditée.
Quand on est célibataire, on nous demande sans arrêt «  Tu as trouvé quelqu’un », et bien mère d’un seul enfant c’est la sensation de le condamner à être seul toute son enfance.
Je pense que le choix de l’enfant unique dérange l’opinion parce qu’il remet en question la parentalité dans son sens large. Nous sommes partagés entre le modèle familial de la génération de nos parents et une ribambelle d’autres modèles.
La psychanalyste Françoise Dolto elle-même jurait que « La famille idéale, c’était, trois enfants avec trois ans d’écart. ». Elle n’en fit pourtant que deux.

J’ai bien conscience qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et qu’il ne faut jamais dire jamais, bla bla bla. Et si un jour vous me voyez le ventre arrondi d’une deuxième grossesse, j’entendrai sûrement des « Je te l’avais bien dit ». Qui est capable de prédire l’avenir ? Notre choix de vie dans l’instant présent est : nous n’aurons pas de deuxième enfant car nous sommes une famille au complet. Ce choix dans la vie d’avoir un seul enfant unique est personnel et profond.

Elyssa blogueuse lifestyle enfant unique un choix de vie

Je rejoins Gaëlle dans ses dires, j’ai dû me justifier maintes et maintes fois sur mon choix. Ma réponse est d’ailleurs beaucoup plus brève désormais lorsque l’on me pose la question.
À quand le deuxième ? Je réponds simplement « Jamais » ( ouais ok j’aime bien provoquer les gens). Et la personne en face est souvent décontenancée ! Comme si ma réponse était hors du commun. Et pourtant au fond personne ne sait de quoi la vie est faite et moi même il se peut qu’un jour je me surprenne à changer d’avis. Mais actuellement, je ne ressens aucune envie de retomber enceinte et de me replonger dans cette vie à 100 à l’heure,  que l’on peut avoir avec un bébé. Mon épanouissement personnel est important, je ne compte pas le négliger pour rentrer dans un moule.

Je fais partie de ces femmes qui ont du mal a gérer leur intérieur, qui ne cuisinent pas et qui ont une organisation qui leur ressemble. Je ne pense pas être faite pour avoir une famille nombreuse. Je ne pense pas que ce soit égoïste, au contraire je suis très consciente de ce dont je suis capable ou pas. Et ça je le ne sens pas ! Ma fille a 4 ans et j’ai trouvé le parfait équilibre entre ma vie pro, notre couple, nos voyages et l’épanouissement de notre fille. Remettre tout ça en cause serait très dur pour moi.

Le coté financier entre évidement en compte dans la balance, je pense à l’avenir et j’aimerais pouvoir aider ma fille à avoir un beau démarrage dans sa vie d’adulte. Pouvoir lui offrir les études qui lui plairont, l’aider à partir à l’étranger si elle le souhaite, j’aimerais également continuer à voyager comme nous le faisons avec elle.  Pour l’aider à s’ouvrir un maximum sur le monde et qu’elle puisse faire les activités qui lui plairont. Avoir des frères et sœurs peut être tout aussi fantastique que tragique. L’argument de la relation fraternelle merveilleuse ne tient malheureusement pas. Je connais autant de gens qui adorent leurs frères et sœurs que de gens qui les détestent ou qui sont simplement indifférents. On ne fait donc pas plusieurs enfants uniquement dans l’espoir d’une relation merveilleuse qui les unira.

Tout comme l’argument elle sera seule quand vous ne serez plus là. (oui oui côté argument on est rodé ça se voit hein ? )
A l’âge où tu es censé perdre tes parents, tu passes rarement ta vie avec tes frères et sœurs, les chemins se séparent souvent d’ici là. J’imagine que tout comme moi, ma fille se créera sa propre famille une fois adulte. Et puis au moins elle n’aura personne avec qui se battre pour son héritage ! (ahah ceci est de l’humour mais c’est malheureusement très souvent le cas).

ELYSSA

Nous sommes passés par là.

Elyssa blogueuse lifestyle enfant unique un choix de vie

Qui est mieux placé pour parler d’enfants uniques que des enfants uniques eux-mêmes ? J’imagine que le fait que Gaëlle et moi sommes nous-mêmes enfants uniques pèse fortement dans la balance. Tout comme Nico mon mari.
Nous n’avons aucune appréhension face à la situation car nous avons nous-mêmes grandi dans ce modèle familial. Et GUESS WHAT ?

Nous nous en sommes sortis ! Nous n’avons pas fait de dépression, ni souffert de solitude intense, nous ne sommes pas des personnes dégénérées qui font des caprices à tout va, on s’en est même plutôt bien sortis en réalité !
J’ai eu une enfance idéale, j’ai réussi a créer des liens avec mes amies d’enfance qui sont toujours aussi forts 28 ans plus tard et j’ai eu la chance de voir mes parents heureux en couple, avoir du temps pour eux, et ça ce n’est pas négligeable.

ELYSSA

Je ne suis pas là pour vous convaincre que notre modèle est mieux qu’un autre. Je pars du principe que chaque personne doit vivre sa vie comme elle l’entend, qu’elle souhaite 1, 4 ou pas d’enfants. Laissons les gens tranquilles et arrêtons les stéréotypes. En 2019 il serait grand temps. Et accepter enfin que le choix de vie d’un couple soit d’avoir un enfant unique n’est pas égoïste.

@gaelle_lamoureux

 

À lire : L’éducation bienveillante ou pas ?

30 commentaires sur “Désirer un seul enfant

  1. Bonjour, ça fait tellement plaisir de lire un article de ce genre. Je souhaite également n’avoir qu’un seul enfant et j’en ai ma claque d’entendre à longueur de journée, qu’il va se se sentir seul, que je suis égoïste ou bien que je changerai d’avis… Merci pour votre article ! Ça fait du bien de se sentir comprise et soutenue 😘 Bisous les filles and keep up the fire 🔥

  2. Je suis tellement d’accord avec vous. Je suis fille unique et qu est ce que jetais bien. Ma mère est DCD quand j’avais 18 ans. Je n avais déjà plus mon père alors oui peut-être a ce moment la j’aurais aimer avoir quelqu un .. et encore jetais tellement mal que de m inquieter ou m occuper de quelques-un d autres que moi a l epoque je ne pense que cela aurait était si merveilleux que ça ni d une grande aide… et en aucun cas ça m aurait enlever ma douleur.

    Jai eu mon fils en 2014. A 1 an il na plus fait ses nuits on était épuisé. On s est dit avec mon conjoint on en aura qu un. On en etait sûre. Mais mon dieu que ça m a énerver les jugements les mais tu peux pas lui faire ça.. etc on ma même sorti la magnifique phrase  » mais vous avez une belle situation financière ça serai dommage d en faire qu un … WTF????
    Bref jen avais ras le bol de me justifier et en même temps de voir que tte ces personnes qui me disent ça sont des personnes qui ne s entendent pas avec les frere et sœur, ne les voit pas ou comme tu dis se dispute au moment de l heritage pour les 5€ du livret A ….

    Puis un jour, quand mon fils est rentré à l école, j ai eu envie du 2ieme, jai attendu l envie est venu, la vraie envie viscéral d’avoir un autre enfants, on en a parler on la fait. Et on a une magnifique petite fille depuis 7 mois … et le pir dans tt ça cest tte les réflexions du style .. ah heureusement pour Nathan. Ah ouf il aurait etait malheureux… mais n importe quoi je n ai pas décider de faire une soeur a mon fils jai décider d avoir un deuxième enfant … cest différent…

    Je ne comprends pas qu a l heure actuelle il faut encore ce justifier on ne demande jamais a un couple mais pk vous faite le 2ieme ou le 3ieme et un enfant unique ça choque.. pourtant dans le monde qu on vit et pour tout ce que vous avez dit je trouve ça normal.
    Et au final ces gens qui critiquent qui font 2 3 enfant je me dis que cest pir car beaucoup doivent faire car il faut faire .. donc ne pas en avoir vraiment envie.

    Bref ce long texte plein de fautes pr vous dire que je vous comprend a 2000% et que jaime tellement votre blog et vos réseaux a tte les 3 😉👍 bonne journée

  3. Merci pour cet article !
    Hier encore, j’ai eu le droit à « il en faut au moins deux pour qu’il ne soit pas seul quand vous serez plus là.  »
    Je suis la seule (avec mon conjoint evidemment) à penser qu’avoir un seul enfant c’est bien et que ce n’est pas un choix « horrible » que nous imposons à notre enfant.
    Peut-être qu’un jour je changerai d’avis, mais pour l’instant je ne souhaite pas bousculer l’équilibre que l’on trouve actuellement au sein de notre famille.
    Je suis usée des remarques que j’entends et mon fils n’a que 19 mois alors je pense encore les entendre un moment.
    Et merci pour le passage concernant les enfants unique capricieux, égoïste et solitaire. Je suis moi aussi une enfant unique. Qu’est-ce que je peux l’entendre cette phrase …
    Ma plus belle réponse c’est de regarder ce que j’ai construit Je suis heureuse et fière de mon parcours et de la famille que je me suis créée au fil des rencontres. Je suis entourée, aimée et même dans des moments difficiles je ne me suis jamais sentie seule.

    Belle journée,

  4. Merci pour cette article. Je me sens moin seul. Ma fille a à peine 1ans et quelque moi qu’on me demande déjà quand je vais faire le deuxième…. Je ne désire pas d’autre enfants pourtant je suis née d’une fratrie de trois. J’ai eu une enfance merveilleuse, mais j’ai trouvé mon équilibre et nous sommes heureux comme ça.

  5. Quel super article, merci ! Je me retrouve tellement dans vos témoignages, je suis moi-même enfant unique et nous avons un petit garçon de bientôt 3 ans mais nous ne voulons pas d’autre enfant et parfois on nous dit mais il va s’ennuyer etc… Nous avons trouvé notre équilibre comme ça et nous n’allons pas nous laisser dicter notre vie !

  6. Je comprends tout à fait votre point de vue, j’ai eu un 2ème enfant et j’en suis très heureuse mais honnêtement j’ai beaucoup de mal à gérer cette nouvelle vie qui a un peu perturbé notre équilibre qui avait mis du temps à se construire alors je sais qu’il se reformera mais je suis persuadée qu’en réalité je suis beaucoup plus faite pour UN enfant.. Je dois maintenant accepter et me construire en tant que maman de 2 enfants (j’ai moi-même grandi en tant que fille unique..) Quoi qu’il en soit, je comprends totalement les mamans qui ne souhaitent qu’un seul enfant et je suis de celles qui leur donne raison 😜

  7. Pour faire parti d’une famille nombreuse et recomposée, les frères et sœur ne sont pas toujours là le jours où les parents ne sont plus là.Mon père décédé, je peux plus compter sur mes amies avec qui j’ai grandi (je les considère comme mes sœurs) que celles qui le sont vraiment. A contrario je suis grande sœur et je suis là pour les petites avec qui j’ai un grand ecart , 19 ans avec la dernière. Il faut arrêter de juger les gens sur leurs choix d’avoir un enfant. Pour tout vous dire moi même qui travail dans la petite enfance, j’ai vraiment une vocation pour les enfants. Je sais pertinament que si j’ai un enfant et que je ne désire pas le deuxième très peu de temps après je ne le ferai pas. Parce que je me connais, si je trouve mon équilibre avec ma maison, les comptes, les voyages, ma vie professionnel, je ne voudrai pas tout chamboulé.

    Ps : un autre argument, avec le réchauffement climatique nous somme déjà bien assez sur terre pas besoin de faire plein d’enfant 🤣

  8. MERCI

    Après une grossesse extrêmement désirée pendant plus de 4 ans, et finalement un petit bouchon né grâce à une FIV et donc un parcours parfois très difficile moralement, nous sommes tellement heureux à 3. Notre famille est petite mais belle. Les gens n’ont pas conscience du parcours que cela peut être, ne serait-ce que pour tomber enceinte, la grossesse n’epanouit pas TOUTES les femmes il faut aussi le souligner.
    Imaginez l’étonnement général quand j’ai décidé de me faire mettre un stérilet après toutes ces années d’essai galère…

  9. J’adore lire votre point de vue, et comme vous le décrivez ça a l’air mûrement réflechie. Je pense que quans on dit je veux deux enfants ou 3 enfants… C’est un nombre aux hazar qui dit juste j’en veux pas qu’un mais que ce ce décide pas avant d’avoir des enfants ou mm quand tu as commencé. Moi j’ai un petit de 2 ans tout les jours j’entends alors le deuxième ? Alors oui je voulais 3 enfants… Mais quand je dit Oh la pas de suite…. J’entends quoi ? Faut pas qu’il y ai trop d’écart…. Faut que tu dépêche… C mieux rapproché comme ça c’est fait… Si tu lfait pas mtn le temps vas passer et tu vas regretté… Et j’en passe ! Mais pareil que vous je me construit des réponse tte faite ! La j’en ai pas envie on as des projets de vie actuel et notre fils qui nous comble, on sait qu’on en veux d’autres mais on sait que ça sera pas maintenant ! Et si le temps passe et que l’envie s’en vas et bah c’est que ce sera comme ça. Pourquoi se presser pour faire comme les autres mais pas savourer sa vie et ses choix.

  10. Ahhh MERCI les filles.. Article très intéressant et qui me concerne car comme vous, on a décidé avec mon mari d’en avoir qu’un. J’ai 39 ans, mon fils a 11 ans. On en a pris des réflexions, des personnes qui donnaient leur point de vue : il va être pourri, gâté, égoïste, le pauvre « il faut pas le laisser tout seul », « tu dis ça car il est petit » et j’en passe…Et puis comme dit gaelle, j’allais pas faire un enfant pour faire plaisir à mon fils ! Et sincèrement j’avais pas ce désir d’un deuxième. Oui j’ai eu un accouchement très difficile mais il n’y a pas que ça.

    Comme toi Elyssa maintenant quand on me demande je suis dans la provoque, j’ai mûri et j’en ai marre des personnes qui jugent, on peut s’interroger notre choix, mais donnez des leçons ça m’énerve ! Et c’est « drôle » mais quand je dis à des parents, à quand le troisième, pour les provoquer aussi, la réponse est toujours « ah non surtout pas »… À méditer.

    Cela n’a pas toujours été facile plus jeune de « se justifier », les gens nous font culpabiliser, nous mettent le doute. Aujourd’hui j’ai un petit garçon adorable, qui partage, qui n’est pas pourri gâté, qui est content quand je lui achète des chaussettes car on lui appris la valeur de l’argent. Ce sont les valeurs qu’on transmets, l’éducation.

    J’ai une sœur et un frère, je suis la plus petite. Je les aime mais quand j’ai un soucis c’est pas eux que j’appelle. J’ai perdu mon père à 19 ans, et ce sont mes amis qui étaient le plus présents…

    En tout cas, je me retrouve dans tout ce que vous écrivez. On a trouvé notre équilibre, on est heureux comme ça, mon fils a des amis il n’est pas seul, et est très heureux 😊. Et puis personnellement on a des amis qui ont plusieurs enfants et à vrai dire ça donne pas envie 😅.

    Encore merci pour cet article. Bisous les filles 😚😚💋💋

  11. Top articles les filles 👌ça remets les choses a leurs place 😊 moi je n ai pas cette chance de tomber enceinte et j en ai fais mon deuil et si je pouvais je ferais qu un seul enfant pour pouvoir parfaitement subvenir à ses besoins car quand je vois comment ça tourne la société ça fais peur😘

  12. Bonjour je vous suis tout à fait d’accord avec vous. Je suis moi-même enfant unique et j’ai qu’une fille. Notre mode de vie nous plait à moi et mon conjoint, c’est notre choix. Quand on voit des familles nombreuses où tous les enfants se détestent.
    Votre témoignage est très bien expliqué
    Bon week-end
    Bises Julie

  13. Avoir 1 seul enfant c est égoïste, j ai 2 filles très rapprocher en age. Et c est vraiment bien. Elles sont la l une pour l autre. Elles peuvent jouer ensemble. S entraidee ect…. et c est pas plus dur a gérer que le reste. Les miennes ont 7 et 09 ans. Et elles se gèrent seule.

    1. C’est un jugement assez violent je trouve. On dirait que tu n’as pas pris le temps de lire leur article. Elles se sont livrées et on exprimé clairement leur envie profonde de n’avoir qu’un seul enfant. La moindre des choses est de t’abstenir si tu n’es pas d’accord.

      Je suis moi-même fille unique et je n’ai qu’un seul enfant. Je le vois grandir et s’épanouir jour après jour. Il a des copains, fais des activités et je sais que je serait toujours en mesure de lui apporter ce dont il a besoin. Nous voyageons, découvrons le monde ensemble. Je ne vois pas en quoi cela est égoïste

  14. Bonjour ! La pression sur la maternité est tellement présente dans notre société, j’ai 27 ans je suis en couple mais on a décider de voyager. En ce moment nous somme en Nouvelle Zélande pour 1ans et franchement ma mère ou famille en général pense que je vais revenir avec une belle nouvelle à leur annoncer ! Alors que moi je ne sais pourquoi dans ma tête c’est 30ans et pas avant 🙈😂en tout cas merci pour tout les filles je vous suis toutes les trois et j’aime bcp chacun de vos contenus

  15. Quel bien fou de lire cet article. Je ne savais pas qu’on « harcelait » aussi les mères au sujet de leur nombre d’enfants. Je pensais que c’était réservé aux personnes qui, comme moi, ne veulent pas d’enfants. Les gens ne sont donc jamais satisfaits ! Comme s’ils avaient leur mot à dire sur nos corps, nos vies, et nos envies… Chapeau à vous pour poser ces mots et assumer vos choix. Vous êtes de sacrées maman réfléchies !

  16. Merci pour cet article qui reflète vraiment la pression sociale dans laquelle sont les femmes aujourd’hui. Cela aurait été intéressant d’avoir peut être aussi l’avis de Coralie qui n’a pas d’enfant justement, c’est vrai qu’à 30 ans la pression sociale est encore plus forte quand on n’a pas encore eu d’enfant, ou qu’on n’en veut pas .. Ça aurait été cool d’avoir son ressenti la dessus aussi. Bisous !

  17. Un bel article , merci. Mon histoire est similaire, une fois marié ma moitié a insiste pour faire un enfant,je n’en voulait pas spécialement mais ma grocesse était un pur moment de bonheur et de connections avec mon bb .Mon fils a aujourd’hui 5 ans et demi et l envie n est jamais venue.On a trouve notre équilibre , nous voyageons énormément et il est tellement adorable et facile que je me dit que cette chance n arrivera pas une seconde fois. Après il y a le cote pratique , la vrai vie , financièrement c est moins simple avec 2 et surtout nous sommes seules en Autriche , pas de famille autour de nous et le casse tête des vacances scolaires est déjà assez complique comme ça . Il me faudrait arrêté de travailler et ce n est juste pas envisageable pour moi . Mon fils ne me l a pas encore réclame et quand d autres personnes sa réponse est tjs la même « ah non je veux pas de frères ou soeurs » 🙂 Je pense qu’il faut s écouter c est notre corps notre vie.J ai un frère et une soeur , eux vivent en France loin l un de l autre , mes parents Sont en Tunisie , ce n est pas aussi simple que ça , on finit aussi par faire sa vie et être seul sans sa fraterie et je trouve ça beaucoup plus dur a vivre….nous sommes très proches et ne pas se voir pendant plus d un an ou ne pas pouvoir fêter Noël tous ensemble …mon fils n aura pas ce manque la…

  18. Tellement agréable de lire ça 😍
    Nous avons fait ce choix aussi et j’ai un parfait équilibre entre ma vie de famille de couple pro et perso.
    Parfois je me dis : j espère que je ne le regretterais pas mais pour le moment nous sommes heureux et avoir 2, 3 ou 12 enfants ne rend pas plus heureux 😊
    Le principal c est d avoir la vie Qu on l on veut 😍

  19. Bonjour. Nous avons eu 3 enfants. 2 filles et 1 garçon. Mes filles ont 29 et 27 ans. Mon Fils a 20 ans. Depuis toujours mes filles nous ont toujours dit qu’elles ne veulent pas d’enfants. Elles ont vécu pour une 7 ans avec un garçon qui était du même avis et pour l’autre elle a vécu 6 ans avec un garçon qui lui aurait aimé avoir un enfant mais il disait avoir le temps. Malheureusement mes 2 filles sont maintenant séparés. Et jamais je n’ai critiqué leur choix de vie et ni mon époux. Elles ne veulent pas d’enfants c’est leur choix de vie que je peux comprendre et admettre alors qu’avec mon époux nous n’envisagions pas notre vie sans enfant. Alors si votre choix de vie est d’avoir un enfant C’est votre choix. VOTRE VIE. Vous êtes heureuses comme cela et c’est le principal.C’est également le même discours que j’ai avec mes filles. On ne fait pas des enfants pour faire plaisir aux autres ou pour être comme tout le monde. Vivez heureuses avec vos adorables filles et pffff aux autres qui ne veulent pas le comprendre. Bisous les filles 💋💋

  20. Vous avez tellement bien écrit et décris ce sur mon ressens.
    Moi je me suis plus reconnu dans me témoignage de Gaëlle. Et pourtant on a 2 frères et sœur mon conjoint et moi, et pourtant on est sur de vouloir qu’un enfant. Ma fille a 4 ans elle n’est pas malheureuse elle a des copines de nounou.
    Les gens ne comprenne pas quand on dit « non elle sera fille unique »
    On ne sais pas ce que l’avenir nous dira mais a 3 on est tellement bien
    Merci à vous les filles bisous 😘

  21. Bonjour les filles,
    Tout d’abord un grand bravo pour cette article qui n’est pas facile encore aujourd’hui en 2019 de mettre au devant de la scène.
    En France, nous devons absolument être 4 pour être considéré comme une famille 5,6,7 c’est du bénéf ou bien pour toucher la CAF (ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les français …)
    Bien que je sois fière d’être Française, d’être né dans une famille avec un petit frère de 2 ans de moins que moi je me demande réellement si je pourrais avoir la patience pour 2 enfants. A 24 ans, ma mère était déjà marié et maman de 2 bout de choux elle même me l’a avoué si elle avait pu elle m’aurait eu plus tard car il fallait faire comme ces soeurs être vite adulte (problèmes de famille).
    Aujourd’hui à bientôt 28 ans, je ressens l’envie d’être maman mais pas mon conjoint qui attend d’être stable niveau emploi suite à une mutation pourtant il est cadre et moi en CDI avec un toit sous la tête donc stable. Ce qui veut dire que je serais peut être maman a 30 ans, pour moi c’est l’âge à ne pas dépasser pour concevoir un enfant j’ai pas envie qu’en sixième mon enfant est honte de sa mère ou que l’on m’appelle grand mère … Si j’en avais un autre à 35 ans car oui pour moi ça serait 4/5 ans de différence. J’ai envie de donner la maximum à mon enfant, être à 100 là pour lui et honnêtement en ayant eu des troubles du comportement alimentaire plus jeune, je ne me vois pas prendre du poids 2 fois. C’est peut être égoïste mais pour moi, avoir une carrière, prendre soins de sois et de son couple c’est important bref chacun fais comme il l’entend 😉 gros bisous les filles ❤

  22. Oh que cet article fait du bien. J’ai souvent l’impression d’être seule au monde face aux questions du second enfant… Mon experience face à la maternité est différente puisque malheureusement j’ai perdu mon premier enfant mort-né aux termes de la première grossesse. J’ai donc en réalité bien 2 enfants… Aujourd’hui Gabin est donc enfant unique en pleine santé… et nous parents heureux d’un petit garçon. Et non nous ne voulons pas de deuxième, pas parce que j’ai peur mais parce que mes grossesses sont longues et très compliquées, et vraiment je deteste être enceinte, nous travaillons énormément mon mari et moi et avons déjà peu de temps…. Gabin non plus ne veux pas ni frère ni soeur… Je ne pense pas qu’il sera malheureux de cette situation. Quand la question est posé sans délicatesse, perso je repond : merci, mais non merci. En général ca s’arrête la.

  23. Tout est dis !!! nous avons nous aussi vécu et entendu toutes ces remarques ….

    Mais Noé restera enfant unique, que cela en déplaise à certains, c’est notre choix de vie !
    et pourtant j’ai 2 frères et mon mari 1 sœur ….

    Pour moi, jamais la question d’un 2ème ne s’est posé … mais vraiment jamais et de ce fait je sais qu’elle ne se posera jamais.

    Noé est arrivé j’avais 37ans et son papa 41 …. rien que question « âge » il n’est plus envisageable pour nous d’avoir un autre enfant.

    Et oui, côté budget bien évidemment la réflexion est a se faire : étant une famille j’ai envie de dire  » de base » aux revenus moyen, l’arrivée d’un 2ème pèserai bien entendu dans la balance !
    Nos enfants sont nés dans une société qui n’est pas celle de notre enfance …. nous voulons être sûr de pouvoir offrir à Noé les moyens de faire ce qu’il a envie dans la vie, les moyens de faire les études qu’il a envie, nous voulons nous donner les moyens de lui offrir un avenir le plus « sûr » possible ! et nous savons bien que tout cela a un coût !!!

    Et a côté de cela, nous voulons aussi pouvoir continuer a vivre et a nous faire plaisir !

    Donc faire un 2ème enfant juste pour pouvoir dire que nous sommes dans la « norme » avec 2 …. non merci !

    Noé a aujourd’hui 4ans et nous savons qu’il ne sera jamais seul car en lui donnant les bases de l’épanouissement personnel, il saura très bien se créer son cercle amical et familial ! de plus, il a une grand demi frère et plein de cousins/cousines dont il est très proche !

    Nous n’avons jamais culpabilisé de notre choix car il était très clair dès le début et nous assumons.

    Merci pour vos témoignages les filles.

    Bizzzzzzzzzz d’Alsace

  24. Super article !! C’est sûr que dès qu’on sort des cases de la société, c’est toujours source de jugements. Les gens en oublient le respect ! Je suis l’ainée d’une famille de 5 enfants alors les réflexions j’en ai eu et mes parents aussi😂 (ils sont fous tes parents, oh la la t’a pas ta chambre pour toi toute seule…) mais au fond le plus important c’est de faire ce que l’on désire !! Vous avez raison en 2019 il est grand temps de respecter TOUS les choix possible de famille! La famille parfaite universelle n’existe pas !

  25. C’est vraiment super de lire cette article ça fait du bien.
    J’ai toujours voulu qu’un enfant car l’entente avec ma sœur a toujours été difficile et à toujours crée des différents au sein de ma famille.
    J’ai pas d’enfant mais avec mon conjoint on a toujours été les deux clair sur le fait qu’on voulait que un enfant. Notre entourage a beaucoup de peine à comprendre cette décision et pense que quand nous en auront un nous en voudrons un deuxième car c’est triste quand même qu’un enfant.
    Mais tout ces propos sont faux. Mon conjoint a eu une enfance plus heureuse seul que moi avec une sœur.
    Laissez les gens vivre et acceptez leur choix. Arrêtez de penser que un seul enfant sera malheureux, car si cet enfant est malheureux imaginez bien que le deuxième ne sera pas heureux non plus. J’espère que mon message est assez clair.

    Merci pour ce bel article et pleins de bisous

  26. Bravo pour ce bel article ! Je trouve ce choix très courageux car comme cela est bien décrit les premières fois sont aussi les dernières. En ce qui me concerne je n’arrive pas à faire le deuil de la maternité et je souhaite revivre tous ces instants avec un 2e enfant, pour me sentir vivante encore…mais je m’interroge : suis-je égoïste ? Car j’aurais moins de temps et d’attention à consacrer à ma première…mathématiquement moins de moyens…moins de patience…mais j’espère autant d’amour pour le 2eme. Bref chacun doit faire ses choix, en conscience, et en accord avec son/sa conjoint(e) sans avoir à se justifier !

  27. Merci pour cet article. Cela fait du bien de voir que nous ne sommes pas seuls face à cette pression sociale. J’ai des amies qui ont 2 enfants et qui passent leur temps à vouloir prendre l’air en étant à la limite du burn-out maternelle, tout ça pourquoi ? Pour finalement ne pas profiter de la vie ni profiter de ses enfants. La course au boulot, la course à la maison, la course à l’argent pour joindre les 2 bouts. Une pression constante. Cette pression sociale m’irrite aussi. Nous avons un enfant, nous avons notre équilibre et bonheur à 3 et nous espérons qu’il durera le plus longtemps possible. J’aimerai parfois moi aussi sortir tous les arguments possibles sur le fait qu’avoir plusieurs enfants engendrent aussi des problèmes, mais finalement, face à des murs, ça sert à quoi ? Avoir un enfant, c’est tout simplement lui donner vie et le rendre heureux.

Laisser un commentaire