L’acné , et si on en parlait ?

La majorité d’entre nous a été confronté au problème de l’acné. 
Dans la plupart des pays,  80% des gens subissent l’acné au moins une fois dans leur vie et cette maladie semble être en augmentation chez l’adulte depuis les années 2000 et existe même chez les nourrissons. 
L’acné est une MALADIE dermatologique due à une hypersécrétion de sébum qui survient généralement à l’adolescence.
Il existe plusieurs types d’acné :
  • L’acné comédonienne: acné légère, souvent sur le front, nez et joues, qui laisse rarement de cicatrices
  • L’acné papulo-pustuleuse: forme d’acné modérée à sévère sur le visage et plus rarement sur le dos, avec quelques inflammations qui peut laisser des cicatrices et des tâches de pigmentation
  • L’acné congoblata : acné sévère, sur le visage, multiples imperfections visiblement inflammées, notamment des papules et des pustules pouvant se regrouper pour former des nodules et des kystes douloureux. Le risque de cicatrices est élevé.
  • L’acné fulminant, très rare, déclenché chez les hommes entre 13 et 22 ans, peut être déclenché par la prise d’un traitement tel que Roaccutane. Elle est liée à « l’acné de dopage » provoquée par un abus de stéroïdes chez certains culturistes et haltérophiles.
L’acné a pour principale cause les hormones mais  d’autres facteurs peuvent l’exacerber comme par exemple : le soleil + l’application de crème solaire ou cosmétique, le maquillage ( ne portant pas la mention non comédogène), le grattage compulsif, la friction de la peau avec une matière synthétique, un casque ou encore un pansement. Certains médicaments peuvent aussi l’aggraver.
Certaines pistes laissent à croire que l’alimentation aurait aussi son effet, selon la plupart des dermatologues, cette piste n’est clairement pas prouvée.
Bref, vous l’aurez compris, nous avons de fortes chances et raisons de souffrir de l’acné.

L’acné n’est pas qu’un problème de peau 

Au-delà d’un problème de peau, l’acné est à prendre très au sérieux sur le plan psychologique. Elle altère l’image de soi, nous rend plus sensible et sujet qu’un autre à la dépression et à l’anxiété.
L’acné peut souvent être très mal vécue par la personne qui en souffre, comme toute maladie physique. Le regard de l’autre est très dur à supporter. Elle déclenche souvent chez les adolescents un mal être, une envie de se cacher des autres .
Beaucoup ne se sentent pas  «normaux», surtout depuis l’avènement des réseaux sociaux, des corps et peaux parfaites montrés sur instagram par exemple.
Même si certaines sur les réseaux commencent à se montrer sans make-up à l’étranger et même en France, on ne voit jamais dans les séries ou dans les films de belles filles avec de l’acné, le petit boutonneux est toujours celui dont on se moque ou qui est très nul. Tout ceci renforce le sentiment d’être différents dans la société.
La plupart des personnes souffrant d’acné ne trouvent pas le soutien ou la compréhension attendue dans leur propre foyer, certains parents pensant que c’est une étape obligatoire de l’adolescence  ne les emmènent pas consulter, ou pire encore, ont tendance à minimiser le problème renforçant ce sentiment d’incompréhension.
Les dermatologues eux mêmes ont parfois un comportement dénigrant et ne font pas toujours preuve d’empathie.
Alors si vous souffrez d’acné,  dites vous qu’il existe des solutions pour la traiter mais surtout que vous n’êtes pas seuls et anormaux, que derrière toutes ces peaux photoshopées, la plupart des stars peuvent en souffrir aussi.

Comment la traiter ?

Avant de se demander comment la traiter, demandons nous pourquoi la traiter.
Cet acné, souvent considérée comme « étape obligatoire », va forcement passer avec le temps. Et bien non,  pas forcément, et l’acné peut surtout laisser des cicatrices et des taches indélébiles.
Il est donc important de consulter ou de faire consulter vos enfants en cas d’acné qui commence à être moyen à sévère car il existe de nombreux traitements.
Le médecin choisira le traitement adapté en fonction de l’étendue de l’acné, de l’âge et du passé du patient.
Il peut donc prescrire dans un premier temps différents traitements locaux à base de gels et crèmes plus ou moins forts, il peut également prescrire des gels contenant un antibiotique. Puis des traitements oraux tel que le zinc, des antibiotiques oraux ou encore certaines pilules. Ces traitements sont à réaliser plusieurs mois avant de juger de leur efficacité.
En cas d’acné sévère ou très sévère,  est souvent prescrit en derniers recours après l’échec des autres traitements, de l’isotrétinoïde par voie orale ( plus connu sous le nom de Roaccutane ) . Ce traitement est lourd mais efficace. Le patient féminin est obligé d’être sous contraception, de faire une prise de sang par mois car tomber enceinte serait très dangereux, les rdv chez le dermatologue sont mensuels et les effets secondaires peuvent être dérangeants. Il n’est pas préconisé pour des personnes très sujettes aux difficultés psychologiques.
Concernant les cicatrices et tâches, il existe différentes méthodes pour les atténuer et parfois les faire disparaitre, tel que les peelings ou le laser.

Mes conseils pour l’atténuer.

Pour avoir moi même connu l’acné durant de nombreuse années, il existe des façons d’améliorer l’état de sa peau. Des petits conseils de base sont à connaitre :
  • Utilisez une routine adaptée à l’acné, des produits de soins de parapharmacie, un bon nettoyant, une crème de jour et de nuit adaptée. N’oubliez pas de TOUJOURS bien vous démaquiller. Mes marques chouchous dans le domaine sont La roche posay et Avène.
  • Ne négligez pas l’hydratation, c’est une erreur que beaucoup font et que j’ai  moi-même commise. Mais également, il ne faut pas se décaper la peau pour essayer de l’assécher au maximum . La peau acnéique, en défense, ne fera que produire encore plus de sébum et donc de boutons.
  • Faites attention au soleil, ce n’est pas votre ami. L’été au soleil, on a tendance à avoir une plus jolie peau, le soleil séche les boutons, la peau devient plus nette. C’est un leurre, la peau en été s’épaissie et les impuretés restent cachées jusqu’à la rentrée. C’est souvent suite à une forte exposition que l’on connait les pires épisodes de notre acné en septembre- octobre. De plus le soleil fixe les cicatrices et peut faire apparaitre des taches. Protégez-vous donc au maximum, il existe maintenant des crèmes solaires visage indice 50 adaptée aux peaux acnéiques.
  • Utilisez des cosmétiques adaptés et surtout non comedogènes. C’est pour moi, l’une des erreurs les plus fréquentes, l’utilisation de fond de teint et poudre de supermarché non adaptés va boucher les pores et aggraver l’acné c’est automatique. Il existe de nombreux bons fonds de teint ou correcteurs en parapharmacie qui sont étudiés pour les personnes sujettes à l’acné.

Nous sommes 3 trentenaires à tenir ce blog et avons toutes trois été confrontées au problème de l’acné d’une manière ou d’une autre. Nous vous parlions d’ailleurs de nos 3 routines peau dans cet article.

Pour ma part, écrire cet article me tenait à coeur car l’acné fut mon pire complexe et m’a traumatisée pour le restant de ma vie.

Elyssa blogueuse lifestyle
J’ai commencé à avoir des boutons très jeune, à l’âge de 9 ans, j’étais alors encore en primaire et ce n’est pas un âge commun pour avoir des boutons. A cette période là, c’était de petits boutons sous la peau surtout sur le front, qui se sont transformés en un acné plus sévère au collège.
Ma mère ayant  elle-même souffert de l’acné sévère a réagit de suite et j’ai pu être suivie par un dermatologue durant des années pour ça. Malheureusement,  les nombreux traitements que j’ai suivis n’ont pas eu d’effet assez fort pour l’éradiquer, j’ai donc passé toutes mes années de collège avec cette acné qui me défigurait (c’est comme ça que je l’ai vécu).
j’ai la chance d’avoir une forte personnalité et de m’être toujours défendue face aux moqueries, notamment des garçons. J’ai aussi la chance d’avoir eu une maman qui m’a appris dès le plus jeune âge à nettoyer ma peau, à suivre correctement mes traitements et par la suite, à camoufler mon acné avec des produits adaptés.
Mais psychologiquement, les années de collège ont été difficiles. Je n’avais clairement pas un succès fou avec les garçons, j’étais très complexée. Vivant au bord de mer,  j’ai passé des étés entiers maquillée à la plage sans mettre la tête sous l’eau, je me cachais derrière mes cheveux et tout cela m’a clairement pourri la vie.
A mon arrivée au lycée, j’ai eu la chance d’en avoir moins, la prise de traitement antibiotiques a permis de canaliser cette acné mais elle  était toujours présente.
A l’âge de 17 ans, ma Dermatologue a enfin accepté de me prescrire Roaccutane ( maintenant appelé curacné) après 8 ans d’acné et après avoir testé tous les traitements possibles. C’était une volonté de ma part de faire ce traitement depuis longtemps, c’est un traitement lourd, qui peut avoir des conséquences psychologiques et physiques et qui vous contraint à faire une prise de sang tous les mois durant toute la durée du traitement. Je ne suis pas là pour vanter les mérites de ce traitement, mais ce serait vous mentir que de vous dire qu’il n’a pas changé ma vie.
Ce traitement a sauvé ma peau, et m’a offert ce que je souhaitais le plus à ce moment la. La souffrance psychologique, la douleur de ces boutons inflammés sur mon visage depuis tant d’années, le manque de confiance en moi, tout ça s’est envolé.
J’entends les pour et les contre avancés par certaines qui ne l’ont pas testés sur les réseaux, et je sais que certaines personnes n’ont pas bien vécu ce traitement. Mais pour ma part,  la plus grande douleur n’a pas été le traitement mais les 8 ans d’acné durant mon adolescence.
Me voila 13 ans plus tard, avec une peau sans boutons et sans complexes par rapport à mon visage. Après mon traitement, j’ai continué à prendre une pilule adaptée, à utiliser des produits de soin et cosmétiques pour peaux acnéiques car j’ai une peau grasse et peux facilement choper un ou deux boutons si j’utilise une crème trop riche.
Par bonheur, je n’ai pas gardé de cicatrices creusées mais seulement quelques tâches de pigmentation qui tendent à disparaitre avec le temps.
Je n’ai pas eu de rechute durant ma grossesse, et j’ai arrêté la pilule depuis 3 mois et ma peau se porte bien, il m’arrive d’avoir un ou deux boutons car ma peau est toujours grasse mais j’ai dit au revoir à l’acné, je l’espère.
Elyssa.
Coralie Ferrero blogueuse lifestyleL’acné et moi:
Je n’ai pas connu l’acné quand j’étais adolescente, je me disais que j’y avais échappé et que j’étais à l’abri. Pas du tout ! C’était tout le contraire, j’ai commencé à souffrir d’acné de l’adulte vers 25 ans et plus les années passaient plus le problème s’aggravait. J’avais ce qu’on appel une acné kystique, c’est à dire de gros boutons qui faisaient très mal et qui n’évoluaient pas mais mettaient de nombreux jours à disparaître. Je les gardais souvent plus d’une semaine et quand j’en était débarrassé d’un, un nouveau arrivait. Je suis ce gente de personne qui touche à ses boutons et qui ne supporte pas de les laisser tels quels. C’est un tord je sais, mais j’ai eu la chance de ne pas garder de cicatrices car je prenais vraiment soin de ma peau et de mes marques une fois le bouton disparu. J’ai déjà gardé une boule sous la peau plusieurs semaines, sans réussir à m’en défaire. Ces dernières années c’était devenu un enfer, je ne pensais qu’à ça, je ne sortais jamais sans fond de teint, je me regardais tout le temps dans un miroir pour voir comment ils évoluaient. Je n’avais pas beaucoup de boutons, je dirais 5 ou 6 maximum à la fois mais ils étaient gros et rouges et très douloureux.
Mon alimentation:
Je ne crois pas à un problème alimentaire quand il s’agit d’acné hormonale et la mienne l’était clairement. Je ne mange aucun produit laitier, pas de charcuterie, pas de bonbon, de boissons sucrées … Je suis très tournée vers l’alimentation saine et je suis végétalienne. La piste alimentaire était donc écartée.
Ma contraception:
Depuis l’âge de 18 ans je prenais la pilule, j’en prenais une mini dosée. Je n’ai jamais pris les pilules qui empêche d’avoir de l’acné comme Diane 35 du coup je ne pense pas que ça ait eu un impact sur moi la contraception. Depuis quelques années, j’ai un stérilet en cuivre car je ne peux plus prendre d’hormones en raison d’un autre problème de peau. Je ne pense pas que la pilule soit une bonne solution contre l’acné car même si elle permet de la diminuer, elle engendre tout un tas d’autres problèmes bien plus graves pour la santé.
J’ai fait un bilan hormonal et j’ai vu une endocrinologue, elle a remarqué un petit dérèglement hormonal mais pas très grave et m’a conseillé de prendre la pilule pour le réguler. Chose que j’ai bien sûr refusé de faire !!!
Mes solutions efficaces ou pas:
Aux alentours de 28 ans j’étais arrivée à un point de non retour, j’ai vu 4 dermatologues différents et j’ai tout essayé de la méthode la moins naturelle à la plus naturelle. J’ai testé les antibiotiques, qui m’ont, je dois l’avouer, calmé un peu mais qui une fois terminés n’ont plus eu aucun effet positif sur moi. Et puis il était hors de questions de prendre des antibiotiques toute ma vie. J’ai fais des tonnes de cures de zinc, j’ai fait de la lumière LED, j’ai mis des lotions et des crèmes faites pour l’acné type Effaclar Duo. On m’a prescrit des préparations pharmaceutiques sur mesure à mettre sur ma peau et des cachets à prendre.
J’ai mis des huiles essentielles: tea tree, palmarosa, lavande, geranium rosat … , et des huiles végétales contre l’acné: nigelle, noisette … J’ai fais mes propres mélanges d’huiles et d’huiles essentielles. J’ai même vu une sophrologue pour m’aider à accepter l’acné et à ne plus toucher à mon visage.
Comment j’en suis vraiment arrivée à bout:
Ma dernière solution, que j’avais en tête depuis longtemps mais que je gardais comme dernier recours: le traitement Curacné. Je ne suis pas là pour en faire l’éloge ou quoique ce soit d’autre, je partage juste mon expérience avec l’acné. J’ai demandé à une nouvelle dermatologue qu’on m’avait recommandé si elle pensait que je devrais le faire et elle m’a dit que oui car elle a senti la détresse et l’acharnement que j’avais eu pendant ces nombreuses années. J’ai suivi le traitement pendant 7 mois et je l’ai terminé en Fevrier 2019 il y a donc 5 mois. Je dois dire que j’en suis très contente, le traitement a très bien marché sur moi et n’a pas été très contraignant. Dès le 2ème mois je n’ai plus eu de boutons, j’ai eu très peu d’effets secondaires ( juste les lèvres gercées) et je n’ai pas trouvé trop pénibles les nombreux rdv chez la dermatologue et les prises de sang mensuelles. Je ne vais pas ici vous expliquer comment fonctionne Curacné, quels sont les effets secondaires, comment se déroule ce traitement, les dermatologues font ça très bien. C’est un traitement lourd, avec des conséquences positives et parfois négatives, mais si il fallait le refaire je le referais sans hésiter.
Et maintenant ?:
Comme je le disais plus haut, je n’ai plus de bouton, je n’en ai pas eu depuis presqu’un an et je dois avouer que je revis. Je me force à croire que ça va durer et que cette mauvaise période est derrière moi. Je profite de cette nouvelle peau que j’aime ( je n’aurais jamais cru dire ça), que je ne maquille presque plus ( parfois un peu de BBcrème), que j’ai plaisir à regarder et que je ne cache plus. Je sais que nous sommes beaucoup à souffrir ou à avoir souffert d’acné, des solutions existent, il faut juste trouver la sienne ! Courage !
Coralie.
l'acné et si on en parlait

6 commentaires sur “L’acné , et si on en parlait ?

  1. J’en ai énormément souffert aussi.. jusqu’à mon traitement Roaccutane ! Ça a changé ma vie.. je ne regrette absolument pas.. si c’était à refaire je n’hésiterai pas une seule seconde 😀 Merci les filles pour vos témoignages 😘

    1. J’ai souffert de mon acné pendant toute mon adolescence. J’ai supposé qu’après cette phase terrible, cette maladie allait s’estomper.

      Je me suis malheureusement trompé. Les boutons et la peau grasse ont même continué à faire partie de ma vie jusqu’à passé 30 ans !

      Je peux vous dire que j’ai essayé des milliers de crèmes et que rien n’avait fait d’effet jusqu’à ce que je découvre « Maîtrisez Votre Acné ». Ce traitement a réussi ce qu’aucune crème n’avait été en mesure de faire, pour me libérer de mon acné, complètement et pour toujours !!!

      Mais ce livre m’a aidé à résoudre le problème
      http://bit.ly/2HgINyY

  2. J’ai souffert de mon acné pendant toute mon adolescence. J’ai supposé qu’après cette phase terrible, cette maladie allait s’estomper.

    Je me suis malheureusement trompé. Les boutons et la peau grasse ont même continué à faire partie de ma vie jusqu’à passé 30 ans !

    Je peux vous dire que j’ai essayé des milliers de crèmes et que rien n’avait fait d’effet jusqu’à ce que je découvre « Maîtrisez Votre Acné ». Ce traitement a réussi ce qu’aucune crème n’avait été en mesure de faire, pour me libérer de mon acné, complètement et pour toujours !!!

    Mais ce livre m’a aidé à résoudre le problème
    http://bit.ly/2HgINyY

Laisser un commentaire