L’éducation bienveillante ou pas …

En ce moment, sur les réseaux, on entend beaucoup parler d’éducation bienveillante, de parentalité positive, de VEO ( violences éducatives ordinaires). Que ce soit sur Instagram, Facebook, Youtube, sur des blogs, dans des livres ou dans des podcasts, c’est un sujet récurrent. 
La parole se libère, allaitement, co-dodo, Montessori, vie sans écran, instruction en famille, DME, les thèmes se multiplient et l’info circule.
Et  attention, ceci une très bonne chose, nous souhaitons tous le meilleur pour nos enfants. Enfin j’espère ! 

*****

MAIS … 
Qui sont ces parents parfaits? toujours zen, qui ne crient pas, ne punissent pas, comment font ils ? Quel est leur secret ?
Ou nous situons nous dans tout ça ? Bienveillant ? Pas bienveillant ? Parent parfait ou parent horrible ?
Si je n’ai pas appliqué tout cela pour mon enfant, suis-je une mère malveillante ?
Ces thématiques nous mettent face à notre propre expérience et peuvent très vite être culpabilisantes.
Est ce que j’agis dans l’intérêt de mon enfant ? Pourquoi ai-je levé le ton sur lui tout à l’heure ? Est il vraiment heureux à l’école ? Suis je une mauvaise mère parce qu’il regarde la télé ?
On nous fait énormément de compliments sur l’éducation de notre fille. Et je vais vous révéler un grand secret aujourd’hui … JE NE SUIS PAS UNE MÈRE EXEMPLAIRE. Loin de là …
Et oui il m’arrive de lever la voix, de perdre patience, de ne pas lui accorder autant de temps que je voudrais. Pire même, ma fille regarde la télé, ne dors pas avec nous et je ne l’ai allaitée que 6 semaines . Sur le papier, je dois être une mère horrible.
Mais en réalité, je ne pense pas que ce soit le cas. A mon sens « l’éducation bienveillante» c’est faire de son mieux pour son enfant. Nous sommes des êtres humains avec nos faiblesses, et nos émotions. Je veux bien croire qu’il existe des parents exceptionnels qui ont une patience infinie et arrivent  à garder un sourire éternel, même quand leur enfant fait une crise mais ils ne doivent pas être si nombreux en réalité.
Nous souhaiterions tous être comme ça, c’est sur, mais c’est assez compliqué à mettre en œuvre du jour au lendemain.
Il parait tout de même évident que la violence n’a aucune place dans l’éducation, nous ne sommes plus au moyen âge et lever la main sur son enfant n’est pas du tout un acte anodin.
Frapperait- on un adulte juste parce qu’il n’est pas d’accord avec soi? n’y a t il aucune autre solution que de mettre une claque ou une fessée a un enfant ?
Je pense que si et suis toujours choquée de voir des parents lever la main, même doucement, sur un enfant. Et puis on ne peut pas demander à un enfant de ne pas frapper si on ne l’applique pas soi même …
_J4A7962
Évidement, tous ces sujets m’intéressent beaucoup, et j’ai évolué en temps que Maman au fur et à mesure, j’apprends surtout de ma fille au quotidien.

On en vient alors au fait :

Comment doit on agir si l’on veut être plus en adéquation avec ses valeurs ? Si on aspire a être plus bienveillant auprès de nos enfants ? 

  • Renseignez vous, comme je le disais précédemment, il existe maintenant de nombreux articles, podcasts, émissions, livres, sur le sujet. Vous y trouverez des clefs et une nouvelle vision d’aborder votre parentalité.
             Je vous conseille d’aller découvrir  Le nidune série de podcasts sur la parentalité
  • Faites vous votre propre avis et adaptez ces mesures à VOTRE quotidien. Trouvez votre équilibre.
Exemple simple: Un professionnel affirme qu’un enfant devant la télé c’est dangereux, qu’ il aura un retard de langage, de développement, fera des dessins qui ne sont pas du tout détaillés etc…
Si j’applique cet exemple à ma fille qui a toujours regardé la télé et qui est plutôt en avance sur ces points là, ça ne colle pas.
 Évidement, je ne dis pas « mettez vos enfants devant la télé toute la journée » mais plutôt « faites-vous votre propre opinion sur tout et adaptez les conseils à vos enfants  » . 
Renseignez-vous pour ne pas passez à coté de quelque chose. La télé excite les enfants c’est sûr, tout comme le sucre d’ailleurs, doit-on tout supprimer de leur vie? A chacun le droit de se faire son propre avis sur la question.
  • Ne laissez pas votre entourage vous dicter votre conduite, vous avez envie d’appliquer des choses différentes dans l’éducation de vos enfants, faites-le savoir et faite le appliquer.Personne n’a à vous dire comment élever vos enfants, que ce soit les grands parents, amis, ou autres. Faites vos choix et affirmez les haut et fort.
  • Lâcher prise sur certaines choses, on part tous avec des principes avant d’avoir un enfant. En réalité ça ne se passe souvent pas comme on l’avait imaginé.
Exemple: tu sais que chez Papi et Mami ton enfant mange des kinders, alors que c’est formellement interdit à la maison. Ou qu’ils lui laissent faire des choses que toi tu n’acceptes pas à la maison. Est ce vraiment grave si c’est ponctuel? Pas vraiment. L’enfant fera très vite la part des choses et connaitra les limites qu’il a avec chaque membres de son entourage. Et puis Papi et Mamie ils sont bien pratiques quand t’as envie d’aller au restau en amoureux hein !
Il s’agit également de lâcher prise avec son enfant, un enfant n’est pas un adulte, un enfant joue, fait du bruit, saute et grimpe partout. ça fait parti de leur développement et tu auras beau t’égosiller toute la journée, ça n’y changera rien. Il ne rentrera jamais dans un moule et ce serait d’ailleurs bien triste.
IMG_3439
  • Isolez-vous lorsque vous êtes sur le point de craquer. Personnellement lorsqu’il m’ arrive de craquer, de crier, de perdre patience, je m’isole de suite. Je passe le relais et je vais respirer un bon coup. Comme je vous l’ai déjà dis je ne suis pas la maman parfaite, je n’ai pas une patience sans limite. Je préfère me calmer, prendre du recul, relativiser la situation et revenir ensuite pour en discuter. On en vient au point suivant, discuter.
  • Expliquez, exprimez vos sentiments. «  Maman est désolée, maman a travaillé toute la journée, elle est fatiguée et n’a plus de patience. De quoi as-tu besoin ? De quoi as tu envie ? Parce que oui un enfant qui vous rend dingue à la fin de la journée c’est souvent un enfant qui demande juste de l’attention …
  • Passer du temps de qualité avec son enfant : J’ai réalisé il y a peu que je ne déconnectais jamais et que même si je passais énormément de temps avec ma fille, il n’était pas forcement de qualité. J’ai pris des mesures et je vous invite vraiment a y réfléchir en tant que parents. J’essaie au maximum de ne pas être sur mon téléphone lorsque je passe du temps avec ma fille. Que ce soit lorsqu’on joue, que l’on mange, ou encore que l’on se promène, je veux être 100% disponible et à l’écoute pour répondre a ses besoins et ses questions. Et ça fonctionne, en lui accordant par exemple 1 heure à 100% avec elle ( pâtisserie, balade, activité manuelle, lecture) je sais qu’après elle va avoir aussi envie de jouer seule de son coté. Car son besoin d’être avec moi a été comblé. Alors que si je ne lui avais pas accordé de temps elle l’aurait réclamé toute la journée sans rien vouloir faire d’autre.
  • Sortez, aérez-vous : à mon sens, un enfant a besoin de sortir tous les jours. Courir, prendre l’air c’est hyper important pour tout le monde et beaucoup plus intéressant que d’être devant la télé. Ça détend, ça permet de vider le trop plein émotionnel, et le contact avec la nature aide beaucoup au développement des enfants.
  • Placez-vous en tant qu’enfant, essayez de vous mettre à sa place 5 min. Pourquoi agit-il ainsi ? Que pense t-il dans sa petite tête ? Appréhende t-il la situation et ses émotions de la même manière que moi en tant qu’adulte ? Se mettre à la place d’un enfant, ce n’est pas lui trouver des excuses. De nature, un enfant n’est pas malveillant, ni vicieux, il ne fait peut être pas toutes ces choses pour nous énerver. Il y a souvent des besoins et des peurs derrière des moments compliqués.
Elyssa blogueuse lifestyle
En y réfléchissant,  il y a beaucoup de choses sur lesquelles on peut s’améliorer si on débute sur ce cheminement. Personne n’est parfait mais c’est souvent plus simple de détourner l’attention d’un enfant plutôt que de lui crier dessus. De transformer ça en jeu plutôt que de le forcer à faire quelque chose, de l’occuper plutôt que de lui donner notre téléphone. Petit à petit, en réalisant de petits changements, on se sent très vite mieux et tout le monde est plus détendu. 
*****

Gaelle Lamoureux blogueuse lifestyleJe suis complètement en phase avec ce que dit Elyssa. Pour moi l’éducation bienveillante, c’est comme une mélodie. On l’entend, elle nous parle, on la garde en tête et on l’interprète. 

Il y a autant de parents que d’éducations. Ce qui fonctionne chez les uns ne fonctionnera pas toujours chez les autres. 

C’est comme la vie, on s’adapte. On fait des erreurs, on apprend et on recommence.

La perfection n’existe pas ( gardez cela en tête). Ce que vous voyez dans les médias ou sur les réseaux sociaux ce n’est que la face immergée de l’iceberg. 

Chez moi aussi ça crie, ça pleure. On galère à table ou au coucher. Ma fille regarde quelques fois des Disney ( surtout quand je travaille et qu’elle est avec moi). Et alors ? Le temps face à la télé est chronométré, c’est la limite. 

Parce qu’un enfant c’est un être avec des émotions qui n’a pas toutes les clés de la vie en société. Il n’a pas ses propres expériences encore. 

Parfois je vois des parents sur les réseaux ou tout à l’air simple et lisse. J’accepte cela. Là où cela me fait doucement rire ce sont les parents donneurs de leçons ou culpabilisants. « Mon enfant est parfait, mon éducation est top. On applique ça et ça ». Puis quand tu grattes un peu et tu te rends compte qu’ils sont loin d’appliquer ce qu’ils prônent (je n’en dirai pas plus).

Un « bon »parent c’est pour moi un parent qui agit avec le cœur et dans l’écoute de l’enfant. Qui suit son instinct, qui se trompe mais réagit. Un parent qui grandit au rythme de son enfant. 

Je n’ai pas de « trucs » mais peut-être un conseil : faire confiance aux enfants et se faire confiance. 

La parentalité c’est le rôle d’une vie. Ne suivez pas une mode, une tendance éducative, parce qu’elle « paraît » idéale. Suivez-la parce que vous êtes convaincus au fond de vous que vous pouvez l’adapter dans votre quotidien. 

Et toi  quel genre de parent penses-tu être ?

l'éducation bienveillante ou pas

12 commentaires sur “L’éducation bienveillante ou pas …

  1. Je suis entièrement d accord avec vous !! Et cela fait un bien fou de vous lire… toute cette « éducation bienveillante » qui te fait culpabiliser…. je me retrouve totalement en vous ! Le principal c’est d’écouter et d’évoluer en fonction des besoins de notre enfant…. Laura aussi a regardé des dessins animés.. et elle est tt a fait normal 🤣 elle parle très bien depuis ses 2 ans et elle est en avance niveau scolaire… il suffit juste de bien doser les choses … Merci pour vos articles !!

    1. Oh lala merci pour votre article les filles ca fait du bien .
      Ici aussi la culpabilité a une part importante a chaque fois que je lève la voix ou que je n arrive pas a gérer je me dis mais je suis trop nulle alors je lis tout ce que je peux lire je vais sur les forum etc et j essai d appliquer et ca marche mais souvent pas du tout.
      Un petit garçon de 2 an et demi en pleine phase d opposition sur tout qui rit quand on le dispute tape ne se couche pas avant 22h après être descendu 15 fois nous voir donc plus de soirée en couple au calme..er une petite fille de 5 an et demi hyper sensible et sans cesser en demande et je travaille dans un collège de 900 élèves 42h semaine donc sans cesse des sollicitations et l impression de ne jamais souffler..

  2. Merci beaucoup pour cette article en se qui me concerne mes enfants sont plus grands 18 15 11 pour mon premier enfant j’ai fait une dépression il était toujours dans l’oppositions a2ans d’une incroyable intelligence pour faire des choses qui me rendait triste avec du recule je pense qu’il sentais ma fragilité .Pour ma deuxième j’étais beaucoup plus épanouie je me suis déculpabilisée est cela a marché le plus grand avait complètement changé (âge ou moi?)enfin je me sentais en phase avec le model d’éducation que je voulais.aujourd’hui je suis très proches d’eux ma cuisine est devenu notre QG est je m’octroie un moment seul avec chacun chaque mois sa marche bon courage à toutes est faite vous confiance 😉

    1. Elyssa je te suis depuis 2 ans et demi et je me suis souvent retrouvée en toi en tant que maman.

      Après je ne suis pas tout à fait d’accord pour les comptes « bienveillant » beaucoup expliquent que ça ne veut pas dire qu’ils sont parfaits, ils disent bien qu’ils essaient de faire au mieux mais qu’ils restent humain et que leur propre enfance a conditionné leurs réflexes… Il ne faut pas se culpabiliser de ce genre d’éducation prônée car ils véhiculent le message pour pousser chaque parent à être informé et à faire au mieux… Comme toi tu ne vas pas filmer ta fille en pleine crise de colère Ben eux C pareil Instagram vous me dites tous c des beaux posts avec filtres en majorité puis de temps en temps une piqûre de rappel disant que ce n’est pas la réalité…

      Mais si ça nous pousse à viser le meilleur pour nos enfants tant mieux 😉

      Clairement même si je suis beaucoup les astuces de filliozat etc je trouve que ça marche bien, je comprends mieux les colères de ma fille et l’effet que ça me fait mais ça n’empêche pas que ma fille hyper sensible ait un sommeil compliqué et qu’elle râle non tout n’est pas parfait et l’idée n’est pas que ça me devienne mais plus qu’on sache gérer les difficultés avec le plus de calme possible ♥️

  3. Je suis bien contente de lire ce genre d’article car ces principes d’éducation bienveillante vantés sur les réseaux me hérissent le poil de par leur côtés sectaire. J’ai d’ailleurs écrit un article sur mon petit blog « Heyy You! » (lu par à peu près trois personnes 😅) sur ce sujet car je pense que l’éducation est un mélange de vécu, de sensibilité personnelle, de feeling et d’enfant! (et pas une théorie à appliquer à la lettre en mode robot), dans laquelle évidemment la violence physique n’a pas sa place.
    Chaque enfant est tellement différent, qu’appliquer un manuel est complètement utopique… Faire de son mieux, apprendre de ses erreurs, se remettre en question et avancer, c’est déjà pas mal 😇

      1. Je ne suis pas une maman parfaite, et ça fais du bien de vous lire de nous dire que vous non plus contrairement à ce que l’on pourrais penser.. les réseaux sociaux nous montre les maisons bien rangées, les enfants parfaits sages sans tâches sans crises sans pleurs.. j’essaie d’être disponible un miximum pour ma fille de 2 ans et demi. Oui certains jour je suis a la limite d’exploser… mais quand je la regarde je me dit quelle a juste envie que je me consacre à elle un petit peu, elle a des besoins simple que je peux facilement lui procurer ! Alors je relativise et je prend du recul je me consacre à elle et ces moments sont magiques…
        Je réalise surtout que c’est ma plus belle réussite et que j’ai une chance inouïe de l’avoir avec moi avec nous.

  4. Et bien je pense pareil que vous quel genre je suis comme dit Elyssa je ne suis pas une maman parfaite mais je fais du mieux que je peux pour que ma fille soit heureuse et se sente bien avec moi. Et j’accorde du temps rien que pour elle sans tv sans tablette sans téléphone je me reconnais beaucoup en Elyssa et l’évolution de ma puce est similaire à celle de ta fille et franchement quand elle me dit maman je t’aime et je suis heureuse et bien c’est le plus beau résultat de lui avoir donné cette satisfaction qu’elle se sente bien dans sa tête ce qui lui permettra de ne pas avoir peur et avoir confiance en elle avoir pleins de petites bulles positives dans sa tête pour former un joli puzzle bien construit et pas cassé, et dans l’éducation je suis complètement d’accord sur le fait de Nevers jamais lever la main sur son enfant et je trouve cela choquant quand je vous cache et heureusement c’est rare que je le vois en tout cas je fais en fonction de ses besoins et envies et si j’en la vois fatiguée et qu’elle me demandent un dessin animé bien sûr que je lui dirait oui car elle aura fait tellement avant en activité ou autre qu’elle a bien le droit de se détendre un peu aussi 😉 voilà et j’ai la chance qu’elle soit très bien éveillée qu’elle dorme très bien aussi bien la nuit que la sieste oui elle fait au moins 2h quand elle n’est pas à l’école lol voilà je vous embrasse fort et vous adore votre ange 😘💝

  5. C’est un très bel article, plein de bon sens ! je suis complètement d’accord avec vos deux témoignages. L’éducation d’un enfant se fait avec beaucoup d’amour et de tendresse et surtout en faisant du mieux qu’on peut!

  6. Chez nous, on fait comme on peut ! Ma fille n’a qu’un an, ça à donc été plus ou moins simple jusque là. Elle commence à avoir son petit caractère et à ne pas être d’accord et le fait bien comprendre. Je n’ai jamais trop lu de choses en rapport avec l’éducation mais je sais exactement qu’elles valeurs nous allons apprendre à notre fille. Nous avons chacun eu notre propre éducation et de ça découle directement une idée de ce que l’on aimerais reproduire et ce que l’on ne veut pas pour notre enfant. Après les choses changent entre le moment où tu apprends que tu es enceinte et le moment où tu as ton enfant ^^. Je pensais allaiter au moins 3 mois, ça aura duré 2 semaines. Je pensais que ma fille allait dormir dans son lit et au final j’ai passer des nuits avec elle sur moi car elle avait des coliques. Et ce n’est pas parce qu’elle a dormi contre moi qu’aujourd’hui elle ne dort pas dans son lit ! On me dit souvent « il ne faut pas trop l’avoir dans les bras c’est une mauvaise habitude », « il ne faut pas la faire dormir avec vous, elle va prendre l’habitude ». STOP ! J’ai du l’endormir deux fois entre nous deux dans le lit parce que ça n’allait pas ; et ça n’a jamais recommencer. Les enfants ont des besoins à un instant T, tout comme nous. Autant je n’arrive pas à lâcher prise dans ma vie, mes tâches etc. Autant j’arrive à ne pas me prendre la tête vis à vis de l’éducation que je donne à mon enfant. Après tout, seule une mère sait réellement ce dont son enfant a besoin.

  7. Tres bon article dans la lignée de celui que je viens d’écrire sur mon blog. C’est clair que cet effet de mode passera et un autre viendra. L’important c’est de pouvoir comprendre qu’ils sont des mini-adultes et plus des bébés-trotteurs. C’est vrai que c’est pas facile tout le temps mais le plus important c’est d’observer, tester, voir les changements et s’adapter. La remise en question de soi-même est la démarche la plus importante dans une bonne éducation et ne jamais oublier sa voix. Je le dis souvent mais beaucoup ne le voient pas.

    Au plaisir de vous lire.

    PapaPik, admin de https://montessorimaison.home.blog/

Laisser un commentaire